samedi 15 août 2020
A VOIR

|

Air Moorea : 9 ans après le crash, une nouvelle hypothèse

Publié le

Publié le 05/02/2016 à 9:01 - Mise à jour le 27/06/2019 à 10:53
Lecture 3 minutes

L’affaire sera jugée cette année en correctionnelle : le crash d’Air Moorea du 9 août 2007 avait coûté la vie à 20 personnes.
L’instruction s’achève. Jusqu’à présent, le mauvais entretien de l’appareil a été considéré comme étant à l’origine du drame, lors du réquisitoire définitif du Parquet. Mais aujourd’hui, les avocats de la compagnie aérienne affirment que l’hypothèse de la rupture du câble ne tient pas. Ils se basent sur les conclusions de Bernard Dubucq, expert aéronautique, qui a présenté ses conclusions devant la presse ce vendredi.
 
« Que ce soit au niveau du cadran, ou que ce soit au niveau du cadre qui se trouve dans l’empennage, lequel traverse le câble… les déchirures qui sont observées sont des déchirures qui sont post-impact. Comment voulez-vous que le câble puisse faire ces dommages là s’il est cassé. Donc, cela nécessite nécessairement que le câble soit encore sous tension au moment où les dommages s’opèrent. (…) le câble n’est pas à l’origine de l’accident »
, insiste l’expert.
Ses conclusions s’appuient sur celles issues d’un premier rapport qui s’intéresse aux aspects techniques « C’est un rapport officiel qui est établi à partir des constats qui ont été effectués sur l’ensemble des éléments à partir du renflouement d’une partie de l’appareil ».
 

L’avocat de la compagnie aérienne avance une autre hypothèse : un malaise du pilote. Maître François Quinquis entend « souligner un certain nombre d’invraisemblances objectives et neutres. Ces invraisemblances objectives et neutres viennent d’être soulignées par monsieur Dubucq, lorsqu’il vous dit avec force qu’il n’est pas possible que le câble soit rompu en vol. Il n’est donc pas possible d’imputer l’accident à un quelconque défaut d’entretien dudit câble ».
Quant à l’hypothèse du malaise :
« Ca fait partie des pistes que, j’imagine, le juge d’instruction va explorer. Il y a, outre le rapport d’autopsie, qui révèle un état de santé déficient du pilote, un certain nombre de certificats médicaux qui viennent corroborer le doute sur l’hypothèse d’un malaise de l’intéressé au moment du vol », conclut maître Quinquis.
 
Présent lors de l’exposé cet après midi Nikolaz Fourreau, président de l’association 987, association de défense des familles des victimes, considère que ces explications ne tiennent pas…
Pour lui, la compagnie cherche à gagner du temps.
« On est à quelques jours de fermer l’instruction… qu’ils sortent un lapin de leur chapeau c’est très bien… (…) néanmoins, il y a quand même dans cette présentation, des éléments un peu gênants qui sont passés sous silence… (…)  Sur la rupture du câble, la possibilité qu’il tombe au fond de la carlingue sans efforts : c’est absolument faux. C’est un moment du vol où il y a les plus grandes tensions sur le câble, donc, il y a forcément des réactions violentes du câble », commente Nikolaz Fourreau. Il ajoute : « On est dans un axe de défense classique d’une compagnie qui met tout sur le dos d’un pilote. Pour avoir écouté, alors que c’était particulièrement pénible, la dernière minute de vol, on entend, après son fameux juron, beaucoup de réactions du pilote. C’est quand même assez étonnant qu’un pilote qui fasse un malaise s’amuse à toucher les boutons qui sont sur la partie haute du poste de pilotage. Quelqu’un qui fait un malaise, il s’écroule au fond de son fauteuil éventuellement. Il y a beaucoup d’approximations. On note que la compagnie dépense beaucoup de moyens pour mettre des doutes alors que l’instruction est finie, que beaucoup beaucoup d’experts ont mit en avant que seule une rupture du câble pouvait avoir comme conséquence un comportement de l’avion comme il l’a eu. (…) On est dans de l’approximation. On va nous aussi réagir et mettre des experts reconnus. (…) C’est très joli, c’est un dessin animé qu’il nous a présenté, mais rien de plus », conclut-il.
 
Au total, 137 personnes se sont constituées partie civile dans cette affaire instruite depuis 8 ans, et dont nous connaîtrons l’issue cette année.
 

Laure Philiber

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Le Vice-président habilité à signer deux emprunts d’un montant...

Le Conseil des ministres a habilité le Vice-président de la Polynésie française, ministre en charge des finances, à signer deux emprunts d’un montant total de 4,176 milliards Fcfp, soit 35 millions d’euros, auprès de l’Agence France Locale (AFL) pour le financement partiel des investissement du Pays au titre de l’année 2020.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV