lundi 21 octobre 2019
A VOIR

|

Affaire Grégory : Marcel Jacob invoque de nouveaux témoins à l’appui de son alibi

Publié le

Publié le 03/12/2017 à 9:50 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:18
Lecture 3 minutes

Marcel Jacob, 72 ans, n’avait pas revu la magistrate Claire Barbier depuis sa mise en examen à la mi-juin. “Il est soulagé d’avoir pu enfin s’expliquer”, a déclaré son avocat, Me Stéphane Giuranna, à l’issue de l’audition. 

“Le 16 octobre 1984, il était en compagnie de son épouse à son usine de 13 heures à 21 heures, j’ai donné de nouveaux éléments qui le confirment”, a martelé le conseil, disant avoir réuni “dix témoins supplémentaires”.

“Il n’a pas pu s’absenter”, a ajouté Me Giuranna, soulignant que pour sortir de l’usine, son client aurait dû “passer devant au moins quatre bureaux vitrés de la direction: immanquablement, vous vous faites prendre”.

Marcel Jacob a été entendu par la juge qui préside la chambre de l’instruction de Dijon, un peu plus de deux semaines après son épouse Jacqueline. Il est arrivé à pied à 9 heures lundi matin à la cour d’appel de Dijon, la tête dissimulée par une capuche, sans faire de déclaration.

L’interrogatoire, interrompu à la mi-journée, s’est achevé peu avant 18 heures. “Une longue audition dans laquelle ont été repris les thèmes principaux, j’ai l’impression qu’enfin on a une présidente attentive, qui a entendu nos explications”, s’est félicité Me Giuranna.

“Ce n’est pas un dossier qui va basculer sur une audition”, a tempéré le procureur général Jean-Jacques Bosc. “C’est une affaire qui sera longue, qui nécessite de nombreuses auditions, de nombreux autres interrogatoires, qui sont prévus.”

Contrôle judiciaire

Les deux époux sont soupçonnés d’avoir été les “corbeaux” de l’affaire, auteurs de plusieurs lettres anonymes très bien renseignées, et d’être impliqués dans le rapt suivi de la mort de Grégory, dans le cadre d’un “acte collectif” qu’ils contestent.

Mis en examen et brièvement écroués il y a cinq mois et demi, ils avaient ensuite été placés sous un strict contrôle judiciaire, avec l’obligation de résider séparément et loin de leur domicile d’Aumontzey, dans les Vosges.

Le 20 novembre, trois jours après avoir été entendue par la juge, Jacqueline Jacob, 73 ans, a été autorisée par la justice à rentrer chez elle. Son mari demandera le 20 décembre, devant la cour d’appel, à pouvoir la rejoindre. “J’espère que le couple Jacob fêtera Noël en famille, comme je lui ai promis”, a affirmé M. Giuranna.*

La justice a déjà soulevé, depuis longtemps, la question de l’emploi du temps des Jacob le jour des faits. Dans son arrêt de 1993 innocentant Christine Villemin, la mère de Grégory, la cour d’appel de Dijon avait relevé qu’il n’existait pas “en l’état”, à leur encontre, “de présomptions suffisantes pour justifier de nouvelles investigations et a fortiori une inculpation”.

“A priori ils n’étaient pas disponibles à l’heure du crime mais l’éventualité d’une absence momentanée de leur lieu de travail ne saurait être exclue. L’enquête les concernant a été entreprise trop tardivement pour avoir des chances sérieuses d’aboutir à un résultat incontestable”, soulignaient à l’époque les magistrats.

Dans ce dossier vieux de 33 ans, une troisième personne, Murielle Bolle, 48 ans, a été mise en examen en juin. Adolescente en 1984, elle avait accusé son beau-frère Bernard Laroche, avant de se rétracter. Jean-Marie Villemin, le père de l’enfant, avait tué ce dernier – son cousin – en 1985.

La défense de Murielle Bolle a déposé vendredi une requête visant à faire annuler sa mise en examen, assortie d’une question prioritaire de constitutionnalité touchant aux conditions de sa garde à vue en 1984.

AFP

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui ? Quand ? Comment ?

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Comment une Evasan est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine.

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

18ème salon des îles Australes du 21 octobre au...

La 18ème édition du salon des îles Australes ouvre ses portes lundi 21 octobre à l’Assemblée. Sur le thème de la "valorisation des merveilles de l’artisanat en mer et sur terre", plus de 70 exposants de l’archipel ont fait le déplacement. Ramona Tevaeara’i, présidente du comité organisateur, était l’invitée de notre journal :

Nucléaire : “Il faut que tous nos enfants connaissent...

Sept mois après la disparition de Roland Oldham, Moruroa e Tatou a un nouveau président. Hirohiti Tefaarere a tenu jeudi matin sa première réunion de travail avec les membres de son bureau. Aujourd’hui retraité de l’assemblée, Hirohiti Tefaarere est bien connu pour avoir milité aux côtés des partis indépendantistes tels que le Here Ai’a, Te Nunaa ia Ora, Ea Api avec John Teariki et enfin le Ia Mana te Nunaa. Il a aussi présidé plusieurs clubs sportifs. Cet ancien syndicaliste a été à l’origine des principales réformes sociales du pays. Membre fondateur de Moruroa e Tatou, Hirohiti Tefaarere a créé en 1988 le comité pour la paix Te Rai Hau et en 1987 la Ligue des droits de l’Homme et du citoyen. Son prochain combat : l’enseignement de l’histoire du nucléaire à l’école et faire reconnaître le 2 juillet comme jour férié.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X