vendredi 5 juin 2020
A VOIR

|

29 cambriolages et deux ans de prison

Publié le

Publié le 28/11/2016 à 14:04 - Mise à jour le 27/06/2019 à 10:30
Lecture 2 minutes

A chaque fois, il emportait ce qui pouvait l’être : ordinateurs portables, smartphones, cartes de crédit, et matériels hi-fi. Sept autres personnes ont été jugées à ses côtés en tant que complices. Elles l’aidaient dans ses déplacements, faisaient le guet ou recelaient les objets dérobés.  L’un des avocats a décrit ces seconds couteaux comme des « personnes fragiles ayant des addictions », à l’ice notamment. « Des gens un peu perdus, désœuvrés, qui se sont greffés à ces équipées ».

Interpellé par les gendarmes dans le cadre d’un autre dossier, le principal mis en cause s’était de lui-même dénoncé pour la trentaine de cambriolages. Il avait ensuite mené les enquêteurs sur les diverses habitations qu’ils avaient prises pour cible. « S’il n’avait pas parlé de tout ça, personne n’aurait su que c’est lui qui avait commis tout ces vols », a souligné le président du tribunal. 

Si le monte-en-l’air a écopé de deux années de détention à Nuutania, ses complices ont été condamnés à des peines allant de la simple amende à quatre mois de prison ferme. Tous devront également dédommager les nombreuses victimes de ces vols.
 

                                                                                                                                                                                                              J-B Calvas 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

À domicile, en lieu dédié… Comment effectuer sa quarantaine...

La cellule de crise sanitaire du Pays a mis en place depuis le 25 mai une fiche d"engagement sur l'honneur" pour tout voyageur entrant en Polynésie qui doit effectuer une quarantaine obligatoire de 14 jours, à domicile ou dans un centre d'hébergement dédié.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV