samedi 11 juillet 2020
A VOIR

|

Une convention de co-financement pour la future déchetterie de la Punaruu

Publié le

Dans deux ans, un site de la vallée de la Punaruu accueillera la première déchetterie de Tahiti. Un projet initié par le syndicat Fenua Ma dont l’objectif est de recueillir gratuitement, du lundi au samedi, tous les déchets encombrants des résidents de la commune de Punaauia.

Publié le 22/10/2019 à 16:10 - Mise à jour le 22/10/2019 à 16:26
Lecture 2 minutes

Dans deux ans, un site de la vallée de la Punaruu accueillera la première déchetterie de Tahiti. Un projet initié par le syndicat Fenua Ma dont l’objectif est de recueillir gratuitement, du lundi au samedi, tous les déchets encombrants des résidents de la commune de Punaauia.

Le président national de l’Ademe, Arnaud Leroy, a signé ce mardi une convention avec la direction de Fenua Ma, octroyant ainsi une aide de 57 millions de Fcfp pour la construction de son projet, soit une prise en charge à hauteur de 30% de la valeur total du projet qui coûte 200 millions Fcfp. À terme, le syndicat Fenua Ma ambitionne d’installer une quinzaine de déchetteries sur l’ensemble de l’île pour un investissement total d’1 milliard de Fcfp.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
Le site où sera implanté la déchetterie. (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

« Cela va permettre de vraiment trier les déchets toxiques d’un côté pour les orienter vers des filières de traitement, mais aussi les déchets encombrants, pour voir si avec des associations, on ne peut pas non plus travailler sur des projets que nous appelons des ‘recycleries’, qui permettent de donner une seconde vie à des meubles ou à des équipements électroménagers. Sur ce site, seuls seront acceptés les particuliers. Ici, nous sommes sur la déchetterie de Punaauia, zone de la Punaruu, et ce sera donc limité aux habitants de Punaauia. Petit à petit, nous allons augmenter le réseau vers d’autres commune pour satisfaire l’ensemble des administrés de Fenua Ma » a expliqué Benoît Layrle, directeur général de Fenua Ma.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Malgré les critiques, l’Assemblée adopte le SAGE

Adopté par 39 voix contre 18, le schéma d’aménagement général de Polynésie française a d’abord fait l’objet de quelques empoignades ce matin. Vivement critiqué par les élus de l’opposition, le SAGE s’est rapidement vu éclipser par la très controversée Route du sud.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV