A VOIR

|

Taiano, un ange gardien du corail

Publié le

À seulement 24 ans, Taiano Teiho consacre tout son temps à la préservation de l’environnement et plus précisément à celle de l’océan et ses coraux.

Publié le 15/11/2022 à 5:00 - Mise à jour le 15/11/2022 à 14:11
Lecture 2 minutes

À seulement 24 ans, Taiano Teiho consacre tout son temps à la préservation de l’environnement et plus précisément à celle de l’océan et ses coraux.


Taiano fait partie d’une des plus anciennes familles de pêcheurs de l’île Moorea. Son enfance a été bercée par le respect et la protection de l’océan. Des valeurs qui lui tiennent à cœur et qu’il promeut aujourd’hui dans l’exercice de son métier.  Il travaille pour l’organisation Coral Gardeners depuis sa création : “Je me vois faire ce job jusqu’à ce que les récifs n’aient plus besoin de nous. Pour cela, il y a encore beaucoup de travail à faire, mais je ne regarde pas la charge de travail. Ce qui me passionne le plus, c’est d’être dans l’eau. Si en même temps je peux protéger et sauver l’océan, je le ferai jusqu’à ma mort.”

Si je pouvais être un poisson, je le serai”, confie Taiano. Capture images Coral Gardeners

Taiano est donc dévoué à cette cause qui fait partie intégrante de son quotidien. Il n’a pas suivi de formation dans ce domaine, pourtant il le connaît sur le bout des doigts : “Je n’avais pas de background, de compétences en biologie marine donc j’ai vraiment tout appris sur le tas : comment planter des coraux, monitorer, faire des suivis scientifiques…”

Ses journées, il les passe dans le lagon à planter des coraux et veiller à leur bon développement. C’est là qu’il se sent à sa place : “Si je me voyais m’épanouir quelque part, ce serait dans l’eau, tout le temps ! Si je pouvais être un poisson, je le serai.”

En plus de s’investir dans la protection de l’océan, il espère éveiller les consciences en menant des campagnes de prévention et de sensibilisation. La prochaine sera sur les spots de surf de l’île sœur. Des balises seront mises en place pour expliquer aux surfeurs la marche à suivre, afin de ne pas détériorer la biodiversité marine : “C’est parti d’une passion, c’est devenu une motivation et ensuite un devoir.”