samedi 8 août 2020
A VOIR

|

Fortes pluies : des maisons inondées à Papara

Publié le

Jeudi, en milieu d’après-midi, à Papara, des intempéries soudaines ont fait déborder trois cours d’eau au niveau du PK 33. Les services techniques de la commune sont intervenus rapidement pour déblayer les ponts obstrués par des branchages. Ce jeudi matin, l’heure était au nettoyage chez les habitants touchés par la montée des eaux.

Publié le 05/12/2019 à 14:55 - Mise à jour le 06/12/2019 à 14:23
Lecture 3 minutes

Jeudi, en milieu d’après-midi, à Papara, des intempéries soudaines ont fait déborder trois cours d’eau au niveau du PK 33. Les services techniques de la commune sont intervenus rapidement pour déblayer les ponts obstrués par des branchages. Ce jeudi matin, l’heure était au nettoyage chez les habitants touchés par la montée des eaux.

Chez des habitants de Papara, l’eau et la boue ont envahi quasiment tout le terrain jusqu’à l’intérieur de la maison. Heureusement, sans faire de dégâts. Lorsque le pont situé à l’entrée de chez eux est obstrué par des branches et des déchets, le cours d’eau qui longe leur terrain déborde. Ce couple est résigné. « On a l’habitude, ce n’est pas la première fois que ça arrive. (…) Cela bouche au niveau du pont et ça remonte par le caniveau. L’eau est montée jusque sur la route et est entrée dans la maison » nous dit Francis Tehei.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Hier, aux alentours de 16 heures, de fortes pluies s’abattent sur Papara. Sur des images amateurs, on constate la montée des eaux sur la chaussée. En moins de dix minutes seulement, trois ruisseaux de ce secteur sont devenus des torrents selon les services techniques de la mairie. « L’eau est montée jusque sur le pont et donc sur la route. Cela a engendré des perturbations au niveau de la circulation. Il y avait des branchages, des arbres… qui faisaient office de bouchon. Ce qui fait que les populations de la zone ont reçu de l’eau dans leur maison. On peut dire aujourd’hui que c’est une zone à risque car inondable » explique Alfred Reiatua, directeur des services techniques à la mairie de Papara.

Agnès Tepa, 72 ans, a vu elle aussi l’eau envahir sa maison construite toute proche d’un des cours d’eau. Les branches charriées en amont par le courant se sont coincées sous ce pont, empêchant l’eau de s’écouler vers la mer. « J’ai eu très peur hier. La nuit, on ne voit pas, du coup j’ai cru que j’allais tomber dans la rivière. (…) Je suis toute seule, j’ai besoin d’aide » déclare-t-elle.

La maison d’Agnès où l’eau est entrée. (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

La mairie a sollicité à plusieurs reprises les services du Pays pour curer ces rivières car la zone est considérée à risque. « La crue d’hier, à mon sens, était très importante. Je ne voudrais pas que la prochaine fois, des vies soient mises en péril. C’est pour cela que le Pays doit intervenir rapidement pour sécuriser toute cette zone » nous dit Béatrice Peyrissaguet, maire par intérim de Papara. Et les fortes pluies ont grignoté les berges. « On s’est aperçu que la rivière avait pris encore au moins un mètre de la berge. Cela devient vraiment dangereux. (…) Papara est une commune plus arrosée que les autres. Et si les rivières ne sont entretenues correctement, si on a toujours cet incivisme de tous les riverains qui balancent tout dedans, on ne va jamais y arriver » poursuit-elle.

Selon les habitants, ces cours d’eau pourraient encore se remplir car plus haut dans les montagnes, plusieurs cascades se sont formées le long des falaises.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

La Hawaiki Nui va’a 2020 est annulée

Après des mois d'hésitations pour un maintien ou non de la Hawaiki Nui va'a en 2020, Edouard Fritch a annoncé aujourd'hui qu'elle n'aurait finalement pas lieu cette année.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV