samedi 8 août 2020
A VOIR

|

Des élèves de Bora Bora présentent la déclaration des droits de la planète et du vivant

Publié le

Au lendemain de l’adoption par les membres du GPIP de la Déclaration de Taraho’i – Pacte pour l’économie bleue durable, l’assemblée de la Polynésie française, également membre de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF), a été sollicitée par l’APF pour participer au projet de rédaction de la déclaration des droits de la planète et du vivant.

Publié le 26/11/2019 à 14:19 - Mise à jour le 27/11/2019 à 9:21
Lecture 2 minutes

Au lendemain de l’adoption par les membres du GPIP de la Déclaration de Taraho’i – Pacte pour l’économie bleue durable, l’assemblée de la Polynésie française, également membre de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF), a été sollicitée par l’APF pour participer au projet de rédaction de la déclaration des droits de la planète et du vivant.

Ce projet a été initié il y a deux ans par des élèves de l’école de Poissy dans les Yvelines qui souhaitaient s’engager concrètement pour la protection de l’environnement. Il a aujourd’hui pris une tournure planétaire puisque 15 classes de collégiens de 13 pays différents ont co-écrit une déclaration comportant 18 articles portant sur des thèmes liés aux problématiques environnementales tels que la biodiversité et les transports, l’agriculture et l’énergie, les diverses formes de pollution, le traitement des déchets, etc.

S’inscrivant dans le cadre des engagements de la Déclaration de Taraho’i, l’assemblée de la Polynésie a accepté de prendre part à cette action unique et sans précédent en associant, avec l’accord du ministre de l’éducation, de la jeunesse et des sports, 2 classes de 6ème du collège de Bora Bora coordonnées par leur professeure de SVT, Tehani Maueau. C’est ainsi qu’une quarantaine d’élèves a rédigé 3 articles sur le thème de l’océan et composé une chanson intitulée « Nous, enfants de l’océan ».

https://www.facebook.com/watch/?v=966210320404394


Ces articles relatifs à la protection de l’océan contre les effets et impacts du changement climatique, à la protection de l’océan contre les pollutions d’origines diverses et à la préservation et la gestion durable de ses ressources et écosystèmes, ont été intégrés à la déclaration des droits de la planète et du vivant qui sera portée officiellement par une délégation d’une soixantaine d’enfants venant de 10 pays ayant participé au projet, le mercredi 27 novembre prochain au Parlement européen à Strasbourg. La chanson composée par les élèves de Bora Bora, devenue hymne de la déclaration, y sera notamment diffusée.

La rédaction de cette déclaration aura nécessité 9 mois de travaux sous la coordination de la journaliste et productrice Elsa Grangier : « cette démarche est unique et historique car elle a réussi à fédérer des forces vives et des enfants de pays différents parlant des langues différentes pour travailler sur des thématiques spécifiques et regrouper leurs travaux afin de créer ce texte fondateur ».

L’assemblée de la Polynésie sera représentée par Jeanne Santini, secrétaire générale de l’institution et par ailleurs secrétaire administratif de la section Polynésie française à l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV