samedi 24 octobre 2020
A VOIR

|

Stage international de ‘ori Tahiti : un rêve qui a un prix

Publié le

Entre le Hura Tapairu, le championnat du monde de ‘ori tahiti, et les stages internationaux du conservatoire, des groupes de danse venus du Japon, du Mexique ou encore des États-Unis s’offrent un séjour à Tahiti. Un rêve pour vivre la passion de la danse.

Publié le 02/12/2019 à 17:00 - Mise à jour le 04/12/2019 à 9:11
Lecture 2 minutes

Entre le Hura Tapairu, le championnat du monde de ‘ori tahiti, et les stages internationaux du conservatoire, des groupes de danse venus du Japon, du Mexique ou encore des États-Unis s’offrent un séjour à Tahiti. Un rêve pour vivre la passion de la danse.

Des danseuses mexicaines étaient aujourd’hui au marché de Papeete en quête de petits objets-souvenirs pour leurs proches. Elles sont venues à Tahiti quinze jours. Un voyage pour s’imprégner du ‘ori Tahiti, leur passion. Billets d’avion, hébergement, nourriture, stages, dîner-spectacle… chacune s’est fixée un budget d’environ 700 000 Fcfp.

D’autres danseuses, du Japon cette fois, viennent au fenua pour huit jours seulement. Budget prévu : 300 000 Fcfp par personne pour se loger, se nourrir et acheter un maximum d’accessoires pour leurs écoles de danse. Pour réduire les coûts, elles partagent les chambres d’hôtel ou des logements en Airbnb. « On a choisi un hôtel en ville, ça nous permet de faire des économies sur le taxi qui est cher. Je travaille dur toute l’année pour venir une fois par an à Tahiti. C’est vraiment important pour moi de venir » explique Madoka Uratsuka, professeure de ‘ori Tahiti au Japon. « Si j’étais venue seule, cela aurait plus difficile financièrement, même pour payer les déjeuner, ou les transports en taxi. C’est très cher de venir à Tahiti » ajoute Nagisa Hirose, danseuse japonaise.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Et bien que la danse tahitienne ne soit pas considérée comme une activité à vocation touristique comme la plongée sous-marine, le ‘ori Tahiti donne un coup d’accélérateur à l’économie locale, en quelques jours seulement. Entre le Hura Tapairu, les championnats du monde et le stage international du Conservatoire Artistique de la Polynésie française « Te fare upa rau » (CAPF), la danse a un coût. Pour vivre de sa passion, Maïte Bernard, danseuse de Montréal qui a vécu son enfance à Raiatea, s’offre un séjour d’un mois : « Cela fait un an et demi que j’économise et prépare ce voyage. Cela me coûte en tout près de 9 000 dollars canadiens (environ 730 000 Fcfp). C’est un énorme budget de venir ici, surtout logement et la nourriture. Sans compter les cours au Conservatoire pour s’entraîner avec les meilleurs professeurs ».

Le stage du CAPF coûte 40 000 Fcfp. En dix ans, 560 pratiquantes ont suivi ces cours. Des touristes « repeaters » puisque certaines reviennent jusqu’à six fois pour passer tous les niveaux du stage. Pour cette 21ème édition, 40% des participantes viennent du Mexique, 40% du Japon, et le reste d’autres pays du monde. Durant leur séjour, elles visiteront uniquement Tahiti et Moorea.

infos coronavirus