vendredi 10 avril 2020
A VOIR

|

Stage international de ‘ori Tahiti : un rêve qui a un prix

Publié le

Entre le Hura Tapairu, le championnat du monde de ‘ori tahiti, et les stages internationaux du conservatoire, des groupes de danse venus du Japon, du Mexique ou encore des États-Unis s’offrent un séjour à Tahiti. Un rêve pour vivre la passion de la danse.

Publié le 02/12/2019 à 17:00 - Mise à jour le 04/12/2019 à 9:11
Lecture 2 minutes

Entre le Hura Tapairu, le championnat du monde de ‘ori tahiti, et les stages internationaux du conservatoire, des groupes de danse venus du Japon, du Mexique ou encore des États-Unis s’offrent un séjour à Tahiti. Un rêve pour vivre la passion de la danse.

Des danseuses mexicaines étaient aujourd’hui au marché de Papeete en quête de petits objets-souvenirs pour leurs proches. Elles sont venues à Tahiti quinze jours. Un voyage pour s’imprégner du ‘ori Tahiti, leur passion. Billets d’avion, hébergement, nourriture, stages, dîner-spectacle… chacune s’est fixée un budget d’environ 700 000 Fcfp.

D’autres danseuses, du Japon cette fois, viennent au fenua pour huit jours seulement. Budget prévu : 300 000 Fcfp par personne pour se loger, se nourrir et acheter un maximum d’accessoires pour leurs écoles de danse. Pour réduire les coûts, elles partagent les chambres d’hôtel ou des logements en Airbnb. « On a choisi un hôtel en ville, ça nous permet de faire des économies sur le taxi qui est cher. Je travaille dur toute l’année pour venir une fois par an à Tahiti. C’est vraiment important pour moi de venir » explique Madoka Uratsuka, professeure de ‘ori Tahiti au Japon. « Si j’étais venue seule, cela aurait plus difficile financièrement, même pour payer les déjeuner, ou les transports en taxi. C’est très cher de venir à Tahiti » ajoute Nagisa Hirose, danseuse japonaise.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Et bien que la danse tahitienne ne soit pas considérée comme une activité à vocation touristique comme la plongée sous-marine, le ‘ori Tahiti donne un coup d’accélérateur à l’économie locale, en quelques jours seulement. Entre le Hura Tapairu, les championnats du monde et le stage international du Conservatoire Artistique de la Polynésie française « Te fare upa rau » (CAPF), la danse a un coût. Pour vivre de sa passion, Maïte Bernard, danseuse de Montréal qui a vécu son enfance à Raiatea, s’offre un séjour d’un mois : « Cela fait un an et demi que j’économise et prépare ce voyage. Cela me coûte en tout près de 9 000 dollars canadiens (environ 730 000 Fcfp). C’est un énorme budget de venir ici, surtout logement et la nourriture. Sans compter les cours au Conservatoire pour s’entraîner avec les meilleurs professeurs ».

Le stage du CAPF coûte 40 000 Fcfp. En dix ans, 560 pratiquantes ont suivi ces cours. Des touristes « repeaters » puisque certaines reviennent jusqu’à six fois pour passer tous les niveaux du stage. Pour cette 21ème édition, 40% des participantes viennent du Mexique, 40% du Japon, et le reste d’autres pays du monde. Durant leur séjour, elles visiteront uniquement Tahiti et Moorea.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Wallis et Futuna, seul territoire français épargné par le...

Le petit archipel de Wallis et Futuna est le seul territoire français où aucun cas de Covid-19 n’a jusqu’alors été recensé, mais les autorités sont vigilantes, compte tenu de la vulnérabilité de la population, a indiqué jeudi le préfet.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV