A VOIR

|

Nouvelles modalités de commercialisation pour la viande de gibiers

Publié le

Le commerce de la viande de chèvre, développé notamment aux Marquises, représente une source de revenus importante voire unique pour de nombreuses familles de cet archipel. Selon les services du Pays, le marché actuel représente au minimum 45 tonnes de viande par an.

Publié le 09/11/2022 à 18:05 - Mise à jour le 09/11/2022 à 18:05
Lecture < 1 min.

Le commerce de la viande de chèvre, développé notamment aux Marquises, représente une source de revenus importante voire unique pour de nombreuses familles de cet archipel. Selon les services du Pays, le marché actuel représente au minimum 45 tonnes de viande par an.

La commercialisation des produits de la chasse, notamment de la chèvre des Marquises, devrait évoluer selon des mesures transitoires, a annoncé le gouvernement dans son dernier conseil des ministres du 9 novembre.

La délibération du 13 mars 2018, qui fixait les conditions de préparation, de conditionnement et d’inspection sanitaire des gibiers abattus par acte de chasse, était venue combler une réglementation qui faisait précédemment obstacle à la commercialisation de ces produits.

La réalisation d’une inspection sanitaire devait se faire in situ, et dans l’attente, le gibier ne pouvait pas réglementairement être mis sur le marché. Il demeurait réservé à la consommation familiale.

Ainsi, les dispositions interdisant la mise sur le marché des produits de la chasse locale vont être remplacées par des modalités de commercialisation transitoires, concertées avec les services en charge de l’inspection sanitaire et précisées par arrêté pris en Conseil des ministres.

La commercialisation à titre transitoire pourra ainsi avoir lieu dans le cadre de la restauration commerciale, de repas associatifs, de remises entre particuliers et d’envois interinsulaires. La commercialisation en restauration collective, et notamment dans les cantines des établissements scolaires et médicaux-sociaux, restera, elle, conditionnée à la mise en place d’établissements de traitement.