vendredi 14 août 2020
A VOIR

|

Vanaa expose pour la première fois ses écrits artistiques

Publié le

Publié le 17/02/2019 à 14:28 - Mise à jour le 17/02/2019 à 14:28
Lecture 2 minutes

Vanaa est un artiste féru de littérature. S’il se passionne pour l’art depuis tout petit, c’est depuis 7 ans qu’il a décidé d’allier art et écriture : « J’étais à l’université et j’étais à une conférence sur la thématique de l’écriture. Chantal Spitz parlait de son livre. Et je m’imaginais transcrire ses propos sur une toile. Au départ, j’avais l’habitude de peindre, de dessiner, de sculpter… Mais là, je me voyais en train de transcrire la parole instantanément ».

De cette révélation, naissent plusieurs tableaux : Vanaa y couche ses propres textes, mais aussi ceux d’auteurs connus. L’un d’entre eux, Henri Hiro, est la source d’inspiration de l’artiste : « C’est un modèle d’écrivain et de philosophe. Je conçois Hiro comme un philosophe de la vie de tous les jours. C’est aussi un poète, un dramaturge, un comédien, un écrivain, un homme d’église, un homme de foi »

« L’écriture, ce n’est pas juste assembler une succession d’idées. (…) L’écriture, ce n’est pas quelque chose de figé, c’est comme une arborescence. (…) C’est aussi une manière d’aller à l’encontre de soi-même, comme si l’écriture te permettait de te mettre à distance des événements. Et il y a la possibilité de revenir en arrière avec l’écriture » poursuit Vanaa.

Parfois, ses textes forment aussi des portraits : « C’est un peu comme si l’écriture permettait de construire, de fabriquer de l’identité. C’est la construction d’une personnalité, d’un tempérament comme dit Georges Perec. Un tempérament lettré car il s’agit d’une identité lettrée. Quand on est lettré on est tout entier ».

Au total, Vanaa exposera une vingtaine de toiles à partir mardi soir et jusqu’au 23 février à la salle Muriavai de la Maison de la culture.

 

Rédaction web avec Sophie Guébel et Esther Parau-Cordette

PRATIQUE

Exposition « Ecrire »
Du 19 au 24 février
Salle Muriavai, Maison de la culture
Gratuit
Contact : 40 544 544

 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Un marin porté disparu au large des Marquises

Le JRCC Tahiti a coordonné pendant deux jours une opération de recherche et de sauvetage pour retrouver un marin tombé en mer, à plus de 400 milles marins (740 km) dans l’ouest des îles Marquises, en eaux internationales.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV