fbpx
mercredi 23 octobre 2019
A VOIR

|

Un Heiva qui fait débat

Publié le

Publié le 07/06/2017 à 4:35 - Mise à jour le 07/06/2017 à 4:35
Lecture 3 minutes

Cette année, 29 formations monteront sur scène. Ce qui est peu comparé au Heiva 2016, mais qu’importe car une fois de plus, les ori et himene feront vibrer Toata jusqu’au 22 juillet. Le Heiva I Tahiti est l’un des plus grands rendez-vous culturels du Pacifique. On vient de loin pour y assister.

Depuis trois ans, certains touristes choisissent ce moment pour venir célébrer leur union en Polynésie. Et certains veulent le faire après avoir marché sur le feu, comme nous l’explique Raymond Graffe, Tahua, spécialiste de la marche sur le feu ou Umu Ti. “Ils sont au courant des dates à laquelle se tient la cérémonie du Umu Ti, et ils veulent la découvrir véritablement et avoir ce certificat de mariage dans le feu.”

Pour les Polynésiens, le Heiva, c’est un moment d’expression. Mais c’est aussi une compétition. Les groupes de danse qui décident d’y participer doivent se préparer plusieurs mois à l’avance. Tous les soirs, après le travail, danseurs, chorégraphes et musiciens se rassemblent pour répéter.

Bien souvent, cela se passe sur un parking, dans une zone industrielle ou sur le quai loin des habitations car il faut le dire, les groupes de danses doivent aussi parfois faire face aux humeurs des riverains, qui n’hésitent pas à se plaindre auprès des autorités à cause du bruit.

Une fois n’est pas coutume, les Tuamotu représentés par la troupe Tamarii Teavaroa, feront leurs premiers pas à Toata. Ils concourent dans la catégorie Hura Ava Tau (amateur) et s’entrainent tous les soirs dans la zone industrielle de Punaruu. Dans la ville de Papeete, le groupe professionnel Tahiti Ia Ruru Tu Noa est en pleine répétition à Fare Ute.

Mais cette année, seules quatre formations professionnelles s’affronteront à Toata car les meilleurs danseurs du moment ont choisi de partir à Dubaï. Créant en cela, une petite polémique. Certains les accusant de fragiliser quelque peu par leur absence, le Heiva.

Ce que confirme Matani Kainuku, président du jury du Heiva. “Je pense que cela a fragilisé au départ, car lorsque l’on est chef de groupe et que l’on prépare un Heiva, il ne faut pas rigoler avec l’effectif. Quand on compte sur des gens, on compte sur leur honnêteté du début jusqu’à la fin.”

Selon certains, Ils seraient une centaine à avoir répondu à l’invitation d’un saoudien pour des prestations à Dubuai. Des artistes de Tamariki Poerani majoritairement. Mais c’est aussi le cas de ces jeunes du groupe Tavai Ura de Huahine, même si leur chef de groupe est encore en négociation avec les organisateurs, concernant la logistique.

Pour Coco Hotahota, celui à qui l’édition du Heiva 2017 rendra hommage, “C’est une chance inouïe pour ces danseurs d’aller à la découverte d’autres pays. Mais, c’est le gouvernement qui devrait les encadrer. Leur dire ce qu’ils doivent dire, ce qu’ils doivent faire, et surtout ce qu’ils ne doivent pas faire, car ce sont des pays musulmans”.

Coco Hotahota, lui, ne sera pas sur scène cette année. Même si le Heiva 2017 est dédié à sa troupe. Pour le trouver, il faut se rendre à l’école primaire de Toata ou il peaufine son prochain spectacle. Un pot-pourri de ori tahiti d’une autre époque. “Il y a des mots anciens, une façon de danser, qui n’a rien à voir avec la danse pratiquée à Toata. C’est d’une simplicité, mais chic.” Le spectacle de Te Maeva se tiendra les 1er, 08, 15, 22 et 29 juillet au Marae Arahurahu.
 

Un dossier préparé par Esther Parau-Cordette et Brandy Tevero

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui ? Quand ? Comment ?

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Comment une Evasan est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine.

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X