fbpx
vendredi 21 février 2020
A VOIR

|

Sur les traces de Jack London dans le Pacifique sud

Publié le

Publié le 31/07/2017 à 6:20 - Mise à jour le 31/07/2017 à 6:20
Lecture 2 minutes

Cette exposition propose de revivre le voyage effectué par l’écrivain et son épouse sur son voilier, le Snark, à travers les îles du Pacifque Sud, entre 1907 et 1909. Outre les nombreux clichés pris par Jack London en Polynésie, des objets comme un tiki des îles Marquises seront exposés.

S’articulant autour des différents archipels traversés (Hawaï, les îles Marquises, Tahiti, Fidji, Samoa, Vanuatu et les îles Salomon), et d’une sélection d’œuvres d’art océanien issue des collections de grands musées et d’objets rapportés par Jack London lui-même, cette exposition fera découvrir au public des cultures aux antipodes de la leur.

En 1907, Jack London, son épouse Charmian et un équipage d’amateurs, embarquent à Oakland, Californie, à bord du Snark, un voilier de 17,5 mètres spécialement conçu pour cette aventure. Un voyage de sept ans autour du monde. Marin dans l’âme depuis ses jeunes années, vécues auprès des pirates de la Baie de San Francisco ou des chasseurs de phoques en mer de Béring, Jack London entend avec le Snark marcher sur les traces de ses grands héros littéraires : Robert Louis Stevenson et Herman Melville.
 

Après un long séjour aux îles Hawaï, le Snark met le cap vers les Marquises. Il jette l’ancre à Nuku Hiva où Jack et son épouse explorent à cheval la mythique vallée de Taïpi. Dans les îles de la Société — Tahiti, Moorea, Raiatea, Bora Bora… — les London se lient d’amitié avec Tehei, un pêcheur polynésien qui leur apprend à pêcher sur une pirogue à balancier et qui décide de les accompagner pour le reste du voyage…  

Conçue par Marianne Pourtal Sourrieu, conservatrice du MAAOA, et l’auteur-réalisateur Michel Viotte, l’exposition Jack London dans les Mers du Sud, s’organise autour de grandes sections chronologiques et géographiques, correspondant aux archipels traversés par l’écrivain durant le périple du Snark.

 
Rédaction Web

 

Le livret de l’exposition

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Mahina : 2 morts dans un choc frontal

Deux engins sont entrés en collision, ce lundi après-midi, à Mahina. Selon des témoins, ils tentaient, chacun dans un sens, d’effectuer simultanément un dépassement,...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X