Raiatea : Chantal Spitz prépare une fiction autour du personnage de Teraupoo

Publié le

En 2022, l’écrivaine Chantal Spitz était lauréate d’une résidence d’écriture attribuée par l’association des Éditeurs de Tahiti et des îles (AETI). Elle écrit actuellement un roman sur la bataille de Tevaitoa, à Raiatea, qui s’est tenue dans les années 1890 et sur le guerrier Teraupoo qui a refusé l’annexion de son district. L’écrivaine a naturellement choisi Raiatea pour s’imprégner de l’histoire...

Publié le 24/04/2023 à 17:27 - Mise à jour le 24/04/2023 à 17:53

En 2022, l’écrivaine Chantal Spitz était lauréate d’une résidence d’écriture attribuée par l’association des Éditeurs de Tahiti et des îles (AETI). Elle écrit actuellement un roman sur la bataille de Tevaitoa, à Raiatea, qui s’est tenue dans les années 1890 et sur le guerrier Teraupoo qui a refusé l’annexion de son district. L’écrivaine a naturellement choisi Raiatea pour s’imprégner de l’histoire...

C’est à Tevaitoa sur l’île de Raiatea, que Chantal Spitz a décidé de passer quelques semaines. L’écrivaine profite de ce séjour pour écrire sur la Bataille de Tevaitoa et surtout sur le personnage emblématique de Teraupoo, le guerrier qui refusa l’annexion de Raiatea.

« Je prépare une fiction sur la guerre des îles Sous-le-Vent à la fin du XIXe siècle et plus particulièrement j’essaie de parler du rôle de Teraupoo qui était le meneur de guerre et qui est le seul homme de notre Pays qui a levé une armée pour s’opposer à l’annexion de son île par la France. »

Grâce au projet de la résidence d’écriture, Chantal Spitz a bénéficié de la prise en charge de son séjour. Ce qui lui permet de s’imprégner des lieux, de rencontrer les habitants et de recueillir des récits.

« C’est important parce que je vais sur le terrain, je rencontre les gens. Certaines personnes me conduisent sur le terrain pour voir où les événements se sont déroulés donc j’ai un peu une idée même si c’est plus d’un siècle plus tard, mais il y a des choses qui n’ont pas changées. J’ai eu des petits éléments et en les combinants avec les écrits parce que j’ai aussi fait des recherches dans les archives de l’outre-mer et il y a divers ouvrages qui ont été publiés, notamment la thèse extraordinaire de Anne-lise Shigetomi Pasturel. Donc avec tout ça j’ai à peu près une idée de qui était Teraupoo. »

Pour cette œuvre, l’écrivaine a choisi de sortir de sa zone de confort. Ce travail demande énormément de recherches historiques. « Tout ce que j’ai écrit avant ça était juste sorti de ma tête donc je n’avais pas de recherches à faire. Quelques unes bien sûr, mais pas des recherches comme je fais. Ce n’était pas des recherches historiques. Là, c’est je crois mon travail le plus difficile que je réalise depuis que j’écris. »

Selon Chantal SPpitz, deux années seront nécessaires pour finaliser ce projet.

Dernières news

Activer le son Couper le son