jeudi 26 novembre 2020
A VOIR

|

O Tahiti E : Marguerite Lai toujours aux commandes, les spectacles se poursuivent malgré la crise

Publié le

Pas de grand Heiva cette année, mais le groupe se produira à la Maison de la culture vendredi et samedi. Les représentations sur le Paul Gauguin pourraient en revanche être repoussées avec l'annonce d'un cas de covid-19 confirmé à bord...

Publié le 03/08/2020 à 10:09 - Mise à jour le 03/08/2020 à 10:10
Lecture 3 minutes

Pas de grand Heiva cette année, mais le groupe se produira à la Maison de la culture vendredi et samedi. Les représentations sur le Paul Gauguin pourraient en revanche être repoussées avec l'annonce d'un cas de covid-19 confirmé à bord...

Vous avez été une des premières troupes a vous produire sur le Paul Gauguin. La nouvelle de ce matin (dimanche, NDLR) vous a littéralement abasourdie…
« C’est vrai que je viens de recevoir le coup de téléphone pour m’apprendre la nouvelle. Le groupe O Tahiti E travaille avec le Paul Gauguin depuis 22 ans, depuis la construction du bateau à Saint-Nazaire jusqu’à aujourd’hui. Donc on est montés sur le bateau en 98 et nous faisons des spectacles 4 à 5 fois par mois et nous avons arrêté complètement les spectacles à mi-mars. On a repris le 27 juillet et le prochain spectacle est le 7 après notre spectacle à Te Fare Tauhiti Nui. Cette nouvelle m’a un peu choquée mais la vie continue. »

La vie continue justement avec votre spectacle Te Aho Nunui au grand théâtre de la Maison de la culture. Vous aviez tiré votre révérence l’année dernière après votre succès a Heiva, et là vous vous sentez obligée de revenir parce que ça vous manque ?
« C’est le spectacle gagnant du Heiva 2019 Te Aho Nunui qui sera dansé par une soixantaine de personnes par rapport à la scène mais qui sera intégralement joué. Je n’ai jamais dit que O Tahiti E ne revenait plus au Heiva. J’ai parlé de moi. Et laisser un groupe de danse complètement avec un nouveau chef lorsque le groupe de danse a été dirigé par une personne, que ce soit moi ou une autre, ne tient jamais la route. Les exemples des groupes passés le montre bien, et je n’ai jamais abandonné O Tahiti E. Donc O Tahiti se présente déjà et j’ai déjà inscrit O Tahiti E pour les compétitions du Heiva de l’année prochaine. (…) Le spectacle que nous avons organisé avec Te Fare Tauhiti Nui, c’est moi-même qui suit allée voir Te Fare Tauhiti Nui parce que le groupe n’a plus eu de spectacles. Tous nos spectacles privés en plus du Paul Gauguin, ont été annulés. Tout a été annulé jusqu’à l’année prochaine et O Tahiti E c’est un groupe qui tourne tout au long de l’année. On ne peut pas se permettre de laisser le groupe sans rien faire. Ce n’est pas bon pour les danseurs. Il faut garder espoir et continuer à s’entretenir. (…) La première partie du spectacle sera pendant une heure tous les grands succès de O Tahiti E depuis 1999 à aujourd’hui. Et la deuxième partie (…) sera donc Te Aho Nunui, le spectacle de l’année dernière. Beaucoup de gens voudraient le voir et il parait que ça se rempli très bien (…). »

Lire aussi : O Tahiti E : les adieux au Heiva de Marguerite Lai

Pour revenir un peu sur les spectacles de O Tahiti E, on connait la puissance de l’écriture de Jean-Claude Teriierooiterai et surtout les chorégraphies qui depuis plusieurs années nous incitent à changer de comportement, à retourner vers la terre, à retourner vers la nature, consommer nos produits locaux. Aujourd’hui, plus que jamais, O Tahiti E est un messager de ce changement de société qu’il faut après la covid-19 ?
« Je te répondrai que tous les groupes de danse, tous les arioi en principe, ce sont des porteurs de messages. Tous les groupes le font. Mais c’est vrai que O Tahiti E, j’ai toujours aimé tous les thèmes qui parlent de nous, qui parlent de la terre, qui parlent de la terre-mère. Parce que c’est elle qui nous porte et nous pouvons faire des spectacles abstraits ou concrets mais ça parle toujours de cette vie, de cette vie qu’on nous donne et de cette belle terre qui nous est donnée. Mais c’est vrai qu’aujourd’hui, par rapport à ce covid-19, je ne dirai pas simplement que c’était une mauvaise chose, mais ça nous fait réfléchir aussi à notre façon de vivre. On est allé un peu trop loin, on oublie la réalité des choses. Revenons, regardons un peu plus la réalité plutôt que de se dire qu’on va recevoir à manger de partout. Je ne dirai pas que c’est une bonne chose (…) Ça nous fait réfléchir sur nos comportements. »

Lire aussi : O Tahiti E présente son spectacle gagnant du Heiva i Tahiti 2019 à la Maison de la Culture

Article précédentFaatiamai du 1er août
Article suivantTa Tātou ‘Ohipa : CFPA

infos coronavirus

Moetai Brotherson regrette que les aides de l’État ne soient pas indexées

Le député Moetai Brotherson était notre invité en plateau mardi soir. Nous avons fait un point avec lui sur la situation sanitaire et économique du fenua, mais aussi sur le procès en appel de Radio Tefana.