mercredi 1 décembre 2021
A VOIR

|

O Morito ta’u vahine, une comédie en tahitien saluée par son public

Publié le

La première de la comédie "O Morito ta'u vahine" a eu lieu vendredi soir à la salle Manu iti de Paea. Cette adaptation en tahitien de la pièce "Ma femme s’appelle Maurice", de Raffy Shart, a été écrite par Jacquot Tiatia, comédien bien connu du fenua. Sept artistes ont foulé la scène et se sont donné la réplique en tahitien, pour le plus grand bonheur des spectateurs venus nombreux.

Publié le 04/07/2021 à 11:08 - Mise à jour le 04/07/2021 à 11:08
Lecture 2 minutes

La première de la comédie "O Morito ta'u vahine" a eu lieu vendredi soir à la salle Manu iti de Paea. Cette adaptation en tahitien de la pièce "Ma femme s’appelle Maurice", de Raffy Shart, a été écrite par Jacquot Tiatia, comédien bien connu du fenua. Sept artistes ont foulé la scène et se sont donné la réplique en tahitien, pour le plus grand bonheur des spectateurs venus nombreux.

Cela faisait longtemps que l’on n’avait plus assisté à une comédie en tahitien. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le public était ravi. Cette comédie met en scène certains artistes connus de la scène locale, mais pas forcément pour leur humour.

“Au départ dans la pièce de théâtre, je n’étais que chanteur, explique Rocky Gobrait. Raffy a vu quelque chose de plus en moi et il m’a demandé d’être comédien. C’est deux choses complètement différentes. D’ailleurs j’ai dû travailler deux mois quasiment tous les jours à me perfectionner sur la façon de se positionner, les mimiques, beaucoup de choses qu’il fallait mettre au point.”

“O Morito ta’u vahine” raconte les déboires de Tihoti qui demande à Morito, un inconnu, de se déguiser et de jouer le rôle de sa femme pour l’aider à se séparer de sa maîtresse Katya. Il aura fallu près d’un an de travail aux artistes, au traducteur et au metteur en scène Raffy Shart, qui n’est autre que l’auteur de la comédie originale, pour arriver à ce résultat.

“Il s’est fait traduire la pièce, il a beaucoup travaillé avec Jacquot et les comédiens, qui ont chacun donné leurs idées, indique Sonia Aline, la productrice de la pièce. Et ce qui était intéressant de voir, c’est que Raffy disait qu’il s’est rendu compte qu’il y avait des moments où les gens riaient dans la partie tahitienne, alors que dans la partie française ils riaient moins. Parce que la traduction est plus marrante en tahitien.”

Deux heures durant, le public s’est amusé des péripéties des comédiens. Comprenant ou non le tahitien, c’est finalement le langage universel de la comédie qui aura eu le dernier mot.

Face à l’enthousiasme du public et à une forte demande, la production a d’ores et déjà annoncé que d’autres dates seront programmées pour le mois de septembre, et ce sera cette fois dans le grand théâtre du Te Fare Tauhiti Nui. 

infos coronavirus