samedi 1 octobre 2022
A VOIR

|

La Tahitienne des Îles Cook à qui tout réussit

Publié le

Une nouvelle ligne aérienne s’ouvre entre Tahiti et Rarotonga… De quoi donner des ailes à ceux qui voudraient suivre l’exemple de Vaea Melvin. En deux décennies, cette Tahitienne a construit l’une des entreprises les plus florissantes des Îles Cook. Son portrait :

Publié le 13/08/2022 à 16:24 - Mise à jour le 15/08/2022 à 9:25
Lecture 2 minutes

Une nouvelle ligne aérienne s’ouvre entre Tahiti et Rarotonga… De quoi donner des ailes à ceux qui voudraient suivre l’exemple de Vaea Melvin. En deux décennies, cette Tahitienne a construit l’une des entreprises les plus florissantes des Îles Cook. Son portrait :

Elle a tout quitté pour suivre son mari, un Rarotongien. Mais elle n’est pas vraiment dépaysée : opuhi et hibiscus poussent aussi bien aux îles Cook qu’à Tahiti.

Et surtout, Vaea donne un nouvel élan à l’entreprise familiale, l’une des plus anciennes des Îles Cook. Le filon de cet atelier de sculpture, c’est une clef en bois. Celle qu’on offre à tous ceux qui arrivent à l’âge adulte. “Notre spécialité c’est de faire des keys, clefs du bonheur. Celle -ci est faite pour quelqu’un qui va fêter ses 21 ans, explique Vaea en présentant une grande clef sculptée. C’est comme une clef pour ouvrir la porte de la chance pour sa nouvelle vie. En dehors des clefs classiques, on a des clefs qui sont faites spécialement pour nos clients. Par exemple, ce client est batteur. La famille a donc demandé qu’on lui fasse un to’ere avec des motifs rarotoa qui représentent ce qu’il aime.”

Clé du bonheur (Crédit Photo : Tahiti Nui Télévision)

Ces œuvres sont commandées dans le monde entier, mais l’atelier réalise bien d’autres sculptures. Les employés travaillent aussi bien la nacre que le bois. Ils réalisent des tikis traditionnels, ou, à la demande, des masques plus contemporains. Et même le futur siège du président de l’assemblée locale.

Vaea emploie une vingtaine de salariés dans une entreprise… très cosmopolite ! : “Les rarotoa, les jeunes surtout, ils partent parce qu’ils veulent avoir un travail plus facile et mieux payé. ce qui est bien dans le fait d’avoir des employés d’un peu partout, c’est qu’ils amènent leur expérience, leur créativité. Comme Victor qui vient des Philippines mais a travaillé en Arabie Saoudite”.

Avec son mari, elle a aussi créé une boutique de fleurs, une autre de boucles d’oreilles et de souvenirs… Le couple s’est rencontré à Tahiti, en 1992 au Festival des arts. Et depuis, il n’a jamais arrêté de foisonner de projets, toujours artisanaux… et avec de l’aide venue du Nord Est.

La boutique du couple (Crédit Photo : Tahiti Nui Télévision)

“Un quart des employés viennent de Tahiti, déclare Fletcher, le mari de Vaea. Et ici, on vend à peu près tous les types de souvenirs que vous pourriez emporter, des tikis aux bijoux, des perles noires, et maintenant on vend du savon”

Le savon local, à la vanille, au coco ou à l’ylang-ylang, c’est le dernier pari du couple. Quel que soit le souvenir choisi, le touriste a de bonnes chances, sans le savoir, de repartir des Îles Cook avec un produit de la famille Melvin.

infos coronavirus