dimanche 26 juin 2022
A VOIR

|

Kainoa, 12 ans : l’artisanat dans la peau

Publié le

L’artisanat, une passion pour beaucoup de ceux qui le pratiquent. Et parfois, la vocation peut venir très jeune. C’est le cas pour Kainoa. Ce collégien de 12 ans passe son temps libre non pas sur les écrans ou en ville, mais à tresser des chapeaux, peue et paniers. Son rêve ? S’initier auprès des mamas de Rurutu, et exposer lors des salons d’artisanat les plus prestigieux.

Publié le 06/06/2022 à 15:24 - Mise à jour le 07/06/2022 à 9:54
Lecture 2 minutes

L’artisanat, une passion pour beaucoup de ceux qui le pratiquent. Et parfois, la vocation peut venir très jeune. C’est le cas pour Kainoa. Ce collégien de 12 ans passe son temps libre non pas sur les écrans ou en ville, mais à tresser des chapeaux, peue et paniers. Son rêve ? S’initier auprès des mamas de Rurutu, et exposer lors des salons d’artisanat les plus prestigieux.


Le geste est précis et assuré. Kainoa 12 ans, passe une grande partie de son temps libre à tresser. Une véritable passion pour ce collégien qui préfère créer que trainer devant les écrans. “Moi je n’aime pas tout ce qui est Tik Tok, Instagram, Snapchat… C’est vraiment pas mon truc. Je suis plus culture. C’est vers l’âge de 8, 9 ans, 7 même, que j’ai vu que c’était magnifique et que j’avais envie de me lancer là dedans. Les paniers c’est venu avec les mamies du fare artisanal de Mahina. Quand je vais chercher mon niau blanc au marché, ils sont surpris de savoir que c’est pour moi. Ils me disent que c’est bien, qu’il faut continuer là dedans.”

Kainoa est déjà affirmé dans son orientation professionnelle. Son rêve ? Apprendre l’art de tresser auprès des artisanes de Rurutu. “En vidéo j’ai déjà vu, mais j’aimerai bien voir en vrai. certains me disent que c’est bien, qu’il faut continuer là dedans. Moi je me dis que quand je fais ça, il ne me manquerait plus que d’être dans un fare artisanal à Rurutu avec toutes les mamies qui font leurs créations chacune de leur côté. je serai vraiment content. On a une richesse exceptionnelle en Polynésie. Et moi je dis qu’il ne faut pas perdre ce que les anciens ont laissé comme le pandanus, le a’eho.”

Plus tard, Kainoa espère participer aux plus grandes foires d’artisanat du fenua. Mais déjà, l’adolescent prépare une exposition de ses travaux dans son collège, à Mahina.

Crédit : Tahiti Nui Télévision

infos coronavirus