lundi 28 septembre 2020
A VOIR

|

Des bijoux à l’effigie du Heiva i Tahiti

Publié le

Trois frères et sœurs bijoutiers ont imaginé une gamme de bijoux sur le thème des danses traditionnelles. Une idée originale qui devrait susciter la curiosité des plus coquets et passionnés de ’ori tahiti.

Publié le 17/07/2019 à 10:54 - Mise à jour le 18/07/2019 à 0:24
Lecture 2 minutes

Trois frères et sœurs bijoutiers ont imaginé une gamme de bijoux sur le thème des danses traditionnelles. Une idée originale qui devrait susciter la curiosité des plus coquets et passionnés de ’ori tahiti.

C’est l’histoire d’une petite entreprise familiale. Les Bu Luc se lancent dans la bijouterie en parallèle de leurs activités respectives : « L’idée est venue de mon frère cadet qui travaillait déjà dans la perliculture. Et puis l’idée a mûri petit à petit il y a deux ans, et cela va faire un an et demi qu’on est en place. Il y a mon frère, ma sœur et moi. Naterai représente les terminaisons de nos prénoms. (…) Je donne la main à ma sœur donc c’est elle qui fait la création sur papier, et mon frère est là pour tout ce qui est technicité. Moi c’est plus le relationnel et le marketing » nous explique Raimana Bu Luc, entrepreneur.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Inspirée par le ’ori tahiti, la fratrie a conçu une gamme de bijoux à l’effigie du Heiva i Tahiti. « L’année dernière, ma sœur a fait une création tout en parlant de la culture, c’est-à-dire le Heiva, tout ce qui tourne autour de la danse tahitienne… Donc on a mis en place un médaillon qui est le ’ori tahiti, monté avec une perle. (…) En tant que jeune entrepreneur, ce n’est pas évident quand on veut monter une entreprise. Il faut se donner au minimum 3 ans voire 5 ans pour pouvoir vraiment se développer. Mais on met tous les moyens. On ne lâche rien et on essaie d’être courageux et de se démarquer » poursuit Raimana.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Les Bu Luc foisonnent d’autres idées… Ils dessinent actuellement d’autres bijoux mettant en valeur les temps forts de la culture polynésienne.

infos coronavirus

Témoignage : elle raconte comment elle a vécu la covid-19

Heureusement, tous les malades de la Covid ne développent pas de forme grave, comme en témoigne Me Brigitte Gaultier. Cette avocate au barreau de Papeete vient juste de reprendre son activité après plusieurs jours d’arrêt contraints et forcés. La sexagénaire a en effet contracté le virus après un rendez-vous avec l’un de ses clients. Durant 5 jours, elle a ressenti courbatures et grande fatigue, mais n’a jamais craint pour sa vie.

Le Pays accorde un prêt de 9,6 milliards de Fcfp à la CPS

Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, et le directeur de la Caisse de Prévoyance Sociale (CPS) par intérim, Vincent Dupont, ont signé, vendredi, une convention relative au prêt de trésorerie de 9,6 milliards de Fcfp, accordé par le Pays au profit de la CPS.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Covid-19 : Des guides sanitaires pour mobiliser la population...

20 guides sanitaires arpentent chaque jour les quartiers de la capitale pour sensibiliser aux mesures de précaution et protéger la population. Armés de gel désinfectant et de beaucoup de patience, ils rappellent jusqu’au domicile des personnes les plus isolées ou les plus faibles, comment éviter la propagation du coronavirus.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV