vendredi 5 mars 2021
A VOIR

|

« De Hawai à Tahiti », un festival découvrir la culture polynésienne

Publié le

Publié le 11/11/2017 à 10:19 - Mise à jour le 11/11/2017 à 10:19
Lecture 2 minutes

Au programme : couture, initiation à la danse tahitienne et aussi des cours de tressage qui réunissent tout âge et tout niveau. C’est un véritable plongeon en enfance pour Emilie. Celle qui a vécu à Tahiti entre ses 3 et 7 ans redécouvre d’un œil nouveau cette tradition ancestrale et en profite pour la faire partager à ses enfants.
 
« La maitresse nous apprenait ce que Claudia nous apprend aujourd’hui. Je mesure aujourd’hui la chance que j’ai eu d’avoir été élevée dans un environnement aussi différend, dans une culture aussi riche et si généreuse et aussi connectée à la terre. Aujourd’hui, quand on est à Paris, cela a d’autant plus d’importance que ce sont des éléments complètement absents de notre quotidien. », explique Emilie Duverger.
 
 
Si la plupart des personnes présentes sont initiés à la culture du fenua, d’autres comme Sabine Rober sont venues découvrir pour la première fois un petit pan de l’histoire polynésienne, en s’initiant au tressage. « C’est très beau, c’est apaisant. On est complètement déconnecté. On est à Paris, et en même temps on est ailleurs. »
 
 
Derrière cet événement, une professeure de danse polynésienne à plein temps qui se bat pour faire connaître l’esprit du mana. Avec son association créée il y a tout juste un an, Claudia Taina, directrice artistique de l’association Mana Loa, espère pouvoir multiplier les découvertes culturelles.
 
« Si on arrive à le faire une fois dans l’année, et avoir toujours plus de monde qui s’intéresse à cette culture, ce sera déjà super. Pour l’instant, c’est le cas car chaque année, on a de plus en plus de personnes qui viennent découvrir par le biais des ateliers ou les cours réguliers, notre culture. »
 
 

Rédaction web avec Solène Boissaye

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu