dimanche 24 mai 2020
A VOIR

|

Covid-19 : le Heiva i Tahiti 2020 annulé

Publié le

L’un des plus grands festivals culturels du pays : le Heiva i Tahiti, est désormais annulé. Cet événement, qui se tient dès le mois de juin, peut rassembler jusqu’à 6000 spectateurs par soir. Quant aux groupes, certains peuvent atteindre jusqu’à 200 participants. De quoi favoriser la propagation du virus.

Publié le 19/03/2020 à 16:34 - Mise à jour le 20/03/2020 à 9:43
Lecture 2 minutes

L’un des plus grands festivals culturels du pays : le Heiva i Tahiti, est désormais annulé. Cet événement, qui se tient dès le mois de juin, peut rassembler jusqu’à 6000 spectateurs par soir. Quant aux groupes, certains peuvent atteindre jusqu’à 200 participants. De quoi favoriser la propagation du virus.

Article initialement publié le 19 mars. Mise à jour du 20 mars : Dominique Sorain, Haut-commissaire de la République en Polynésie française, a annoncé ce vendredi que la Polynésie passait au stade 3, et que le confinement serait effectif à minuit. Il a également annoncé l’annulation du Heiva i Tahiti 2020. Le détail de ses déclarations ICI


To’ata risque de ne pas vibrer aux sons des pahu et des to’ere cette année. Les groupes de danses du Heiva i Tahiti ont déjà commencé les répétitions depuis février, mais avec les dernières consignes des autorités la majorité des groupes a décidé de suspendre les répétitions.    

« Vu que le haut-commissaire et le président du Pays ont dit qu’il ne fallait pas qu’on soit plus de 100 personnes, j’ai annulé toutes mes répétitions, parce que je ne veux pas que Tahiti Ora soit responsable d’être un vecteur du virus éventuel, et puis d’être hors la loi », explique Tumata Robinson, la chef de troupe, contactée par téléphone.

« D’un commun accord, avec le bureau exécutif, nous avons décidé de respecter les consignes, indique de son côté Tearei Saridja, chargée de communication de la troupe Heikura Nui. Et de toute façon on ne nous a pas donné le choix, parce que là où on répète, on nous a dit clairement : pas de rassemblement. Donc on a arrêté les répétitions. »

Cet événement requiert un énorme investissement financier et humain. Cependant face à ce risque d’épidémie, tous les chefs de groupes et les responsables de l’organisation se sont concertés. Pour ne pas rester dans l’expectative, la majorité des groupes est d’accord pour annuler l’événement. 

« Et pour Te Fare Tauhiti Nui, je vous avoue que ça aurait été compliqué de recaser l’événement à un autre moment, confie Hinatea Ahnne, la directrice de la Maison de la culture. Parce qu’il faut trouver trois semaines où To’ata est libre dans le calendrier, et hors des périodes de pluie. Quand on sait qu’à partir d’octobre on commence à entrer dans les périodes d’intempéries… »

Certains ont déjà engagé de grosses sommes d’argent, comme la troupe Tahiti Ora. Tumata Robinson estime être « à peu près à 4 millions, sans compter déjà ce que m’a coûté le Heiva de 2011 et 2014 que je n’ai pas résorbé, d’un montant de 3 millions, donc Tahiti Ora me doit pas loin de 7 millions maintenant. »

Malgré les consignes, certains danseurs et musiciens continuent de répéter. Une situation que déplorent les responsables de groupes.

« C’est inconscient de leur part, estime Tearei Saridja, chargée de communication de la troupe Heikura Nui. C’est mon avis, mais c’est inconscient de leur part de continuer de répéter. Il faut penser aux gens, et pas seulement à ceux en train de répéter. Admettons qu’ils attrapent ce virus et qu’ils l’amènent à la maison. A la maison, il y a des gens qui sont fragiles, il faut penser à tout ça. »

Quoi qu’il en soit, malgré la situation, le Pays s’engage à verser aux groupes inscrits les subventions qui leur sont allouées.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

« Tous solidaires avec nos enfants » : une collecte pour les...

L’association culturelle chinoise Wen Fa, Radio 1 et Tiare Fm organisent une récolte de fonds aux côtés du collectif Ohana afin d'aider les enfants dans le besoin.

Les entreprises appelées à faire leur déclaration de TVA

Compte-tenu de la reprise progressive de l’activité économique, les entreprises sont appelées à déposer leurs déclarations de TVA auprès du Receveur des impôts à la Direction des impôts et des contributions publiques (DICP).

Covid-19 : les sociétés de nettoyage essentielles dans la...

Les agents de nettoyage sont aussi en première ligne dans la lutte contre le Covid-19. Ils travaillent sans relâche pour désinfecter des entreprises ou encore les supermarchés, où la demande est en hausse depuis quelques semaines.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV