mardi 7 juillet 2020
A VOIR

|

Vidéo – Séisme au Mexique : plus d’une centaine de morts

Publié le

Publié le 18/09/2017 à 12:51 - Mise à jour le 18/09/2017 à 12:51
Lecture 3 minutes

Ce bilan du gouvernement mexicain compte les décès répartis sur plusieurs Etats, voisins de Mexico, où l’on comptait 30 morts: Puebla (26), Morelos (54) et l’Etat de Mexico (huit).

L’épicentre de ce séisme, qui s’est produit à 13H14 locales (18H14 GMT), se situait à la frontière de l’Etat de Puebla et Morelos (centre), à 51 km de profondeur, selon le centre géologique américain USGS. 

Cette mégapole de 20 millions d’habitants a été le théâtre de scènes de panique, au milieu des cris, des pleurs et des crises de nerfs. Ce nouveau séisme intervient quelques jours à peine après un tremblement de terre de 8,2 dans le sud du pays qui avait fait une centaine de morts début septembre. 

Des vidéos postées sur les réseaux sociaux témoignaient de la violence des secousses, d’effondrements d’immeubles et même d’une forte explosion dans un bâtiment. Des images saisissantes publiées par des touristes naviguant à Xochimilco, zone lacustre du sud de Mexico, montraient de fortes vagues se former et secouer les embarcations sur ces canaux d’ordinaire calmes.

« Je suis bouleversée, je n’arrive pas à m’arrêter de pleurer, c’est le même cauchemar qu’en 1985 », confiait à l’AFP Georgina Sanchez, 52 ans, en pleurs sur une place de Mexico, qui semblait revivre cet épisode marquant de l’histoire du pays.
« Ce n’est pas possible que ce soit aussi un 19 septembre ! », sanglotait Lucia Solis, secrétaire, les mains encore tremblantes. 
« Les gens étaient très nerveux. J’ai vu une femme qui s’est évanouie. Les gens étaient en train de courir », témoignait un peu plus loin, Alfredo Aguilar, 43 ans. 

Au milieu des odeurs de gaz, plusieurs immeubles se sont effondrés ou ont été fortement endommagés, a constaté l’AFP. Les autorités de la capitale mexicaine faisaient état d’une cinquantaine de bâtiments en ruine.

« Ne fumez pas! Ne fumez pas ! », prévenaient des secouristes craignant des ruptures de canalisations de gaz, alors que les forces de l’ordre tentaient de mettre en place des cordons de sécurité en plein chaos et que des habitants regagnaient leur domicile à pied.
Le président mexicain Enrique Peña Nieto a écourté un déplacement en province pour rentrer à Mexico en avion. « J’ai ordonné l’évacuation des hôpitaux endommagés et le transfert des patients », a-t-il écrit sur Twitter.

​ »Que Dieu bénisse les gens de Mexico. Nous sommes avec vous et nous serons là pour vous », a tweeté le président américain Donald Trump, dont les relations avec le Mexique sont exécrables.

Début septembre, il s’était vu reprocher d’avoir attendu plusieurs jours avant d’offrir ses condoléances après le séisme meurtrier dans le sud du pays.
Des colonnes de fumée étaient visibles sur des plans larges de la capitale diffusés par la télévision mexicaine. 
« Il y a des gens vivants attrapés là! », a crié une femme en signalant les décombres d’une clinique. Des secouristes et des passants ont alors formé une chaîne humaine pour déblayer et tenter d’extraire d’éventuels survivants. Des patients sur des brancards ou des chaises roulantes, dont certains sous perfusion, avaient été évacués sur le trottoir.

Plusieurs institutions de la capitale, dont l’aéroport international de Mexico ou l’université nationale autonome de Mexico (Unam), l’une des principales d’Amérique latine, ont annoncé sur leur compte Twitter la suspension de leurs activités pour inspecter les bâtiments. Les écoles à Mexico et à Puebla ont été évacuées et fermées. L’aéroport a rouvert quelques heures après.
Mardi matin, jour anniversaire du tremblement du 19 septembre 1985, les autorités avaient organisé un exercice de simulation destiné à la population.

Depuis cette tragédie, les réglementations pour la construction ont été durcies et un système d’alerte à l’aide de capteurs situés sur les côtes a été développé.

AFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Ronde tahitienne 2020 : les inscriptions sont ouvertes !

Même si la participation étrangère sera très limitée cette année, les inscriptions pour la Ronde tahitienne sont désormais ouvertes. La course aura lieu le dimanche 13 septembre.

Samuel Zijp, aito d’ultra-trail, veut relier plusieurs sommets de...

Samuel Zijp, athlète d’ultra-trail, s’est lancé le défi de relier plusieurs sommets de Tahiti à pied en moins de 28 heures ce week end. Pour cet "Air Tahiti Nui Summits Challenge", il sera accompagné de deux amis, mais il espère que plusieurs personnes les rejoindront pendant la course pour partager la passion du sport avec eux.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV