mardi 27 octobre 2020
A VOIR

|

Trois milliards d’animaux tués ou déplacés par les feux australiens de 2019-2020

Publié le

Près de trois milliards d'animaux ont été tués ou déplacés par les feux de forêts sans précédent qui ont ravagé l'Australie en 2019 et 2020, à en croire une étude rendue publique mardi qui parle d'une "des pires catastrophes de l'histoire moderne pour la faune".

Publié le 28/07/2020 à 9:26 - Mise à jour le 28/07/2020 à 9:26
Lecture < 1 min.

Près de trois milliards d'animaux ont été tués ou déplacés par les feux de forêts sans précédent qui ont ravagé l'Australie en 2019 et 2020, à en croire une étude rendue publique mardi qui parle d'une "des pires catastrophes de l'histoire moderne pour la faune".

Cette vaste étude menée par plusieurs universités australiennes avance que 143 millions de mammifères ont été affectés par cette crise, de même que 2,46 milliards de reptiles, 180 millions d’oiseaux et 51 millions de grenouilles.

Elle ne chiffre pas le nombre d’animaux tués, mais les perspectives pour ceux qui ont échappé aux flammes « ne sont probablement pas terribles » en raison d’un manque de nourriture, d’abri et de protection face à leurs prédateurs, a estimé Chris Dickman, un des auteurs.

Ces feux, qui reviennent chaque année à la fin de l’hiver austral mais ont été particulièrement virulents pendant plusieurs mois en 2019-2020, ont détruit 115 000 kilomètres carrés, une zone trois fois plus grande que les Pays-Bas, faisant 30 morts. 

Une précédente étude, en janvier, avait estimé à un milliard le nombre d’animaux tués dans les zones les plus sinistrées dans les États du Victoria et de Nouvelle-Galles du Sud. L’étude rendue publique mardi est la première qui prenne en compte l’ensemble des zones qui ont brûlé en Australie, selon Lily van Eeden, de l’Université de Sydney.


« Il est difficile de penser à d’autres événements, ailleurs dans le monde, de mémoire d’homme, qui ait tué ou déplacé autant d’animaux », a déclaré Dermot O’Gorman, directeur général de la branche australienne du Fonds mondial pour la nature (WWF).

« C’est une des pires catastrophes de l’histoire moderne pour la faune. » 

Le sort des koalas avait ému l’opinion, mais une enquête du gouvernement a récemment cité 100 autres plantes et espèces animales endémiques menacées qui ont perdu plus de la moitié de leur habitat dans les flammes.

SourceAFP

infos coronavirus

La pollution atmosphérique pourrait augmenter la mortalité par Covid-19 de 15%

Une exposition à long terme à la pollution de l'air ambiant pourrait entraîner un risque accru de mourir du Covid-19, d'environ 15% en moyenne dans le monde, selon une étude internationale publiée mardi.

Covid-19 : Les communes des îles du Vent, relais de lutte face à l’épidémie

Ce matin, à la présidence, les représentants communaux étaient conviés à participer à un séminaire d’information. Les échanges ont porté sur le contexte sanitaire actuel et les outils disponibles pour les élus.