samedi 8 août 2020
A VOIR

|

Les « moustiques tigres », « risque sanitaire majeur », alerte une commission d’enquête

Publié le

Les moustiques Aedes ("moustiques tigres"), vecteurs de maladies comme zika, chikungunya ou dengue, vont "représenter un risque sanitaire majeur sur l'ensemble du territoire" lors "des prochaines décennies", estime mardi une commission d'enquête à l'Assemblée nationale, qui appelle à des actions vigoureuses.

Publié le 28/07/2020 à 9:36 - Mise à jour le 28/07/2020 à 9:36
Lecture 2 minutes

Les moustiques Aedes ("moustiques tigres"), vecteurs de maladies comme zika, chikungunya ou dengue, vont "représenter un risque sanitaire majeur sur l'ensemble du territoire" lors "des prochaines décennies", estime mardi une commission d'enquête à l'Assemblée nationale, qui appelle à des actions vigoureuses.

« Il s’agit d’une espèce invasive, qui n’existait pas dans l’hexagone avant 2004. En 2019, 58 départements sur les 96 départements métropolitains étaient colonisés », selon la rapporteure et députée LREM de Mayotte Ramlati Ali.

« Si pendant cinquante ans le territoire métropolitain a vécu à l’abri des maladies transmises par les moustiques, tel n’est plus le cas aujourd’hui. Il faudra apprendre à vivre avec eux, en limitant au mieux leur impact sur la santé des Français », ajoute-t-elle dans son rapport.

Dans les outre-mer, ce « problème de santé publique » est « récurrent », avec des « épidémies de plus en plus virulentes », relève la commission d’enquête.

Présidée par l’ex-ministre PS des Outre-mer Ericka Bareigts, qui vient de quitter l’Assemblée pour la mairie de Saint-Denis de La Réunion, la commission soumet 46 propositions pour « refonder une politique de prévention », « remettre à plat le cadre institutionnel » de la lutte contre la prolifération de ces moustiques ou « pérenniser » les moyens de la recherche.

En matière d’insecticides, la deltaméthrine « est aujourd’hui la seule substance dont disposent les pouvoirs publics pour lutter, à court terme, contre les moustiques Aedes sur un lieu donné », selon le rapport.

Mais si ce produit « demeure indispensable », la commission d’enquête plaide pour éviter des pulvérisations massives, pour des raisons environnementales ou par crainte « d’augmenter le risque d’apparition d’une résistance au produit chez les moustiques ». Elle appelle à diversifier les molécules et privilégier les actions de terrain.

Sont préconisées une meilleure information du public et la mise en place « dans les territoires affectés d’un plan régional de prévention contre le développement des gîtes larvaires ».

La commission demande aussi de fournir aux maires un guide des actions pour lutter contre les moustiques Aedes. 

Sur le plan juridique et institutionnel, une proposition de loi sur la sécurité sanitaire, adoptée en première lecture au Sénat en février, apporte une « première réponse » selon la commission.

Si le texte arrive à l’Assemblée, il pourrait être le « vecteur » d’une « rationalisation plus ambitieuse des responsabilités des acteurs publics », pour notamment faire des agences régionales de santé (ARS) « le chef d’orchestre de la lutte anti-vectorielle », selon la commission.

SourceAFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV