mercredi 1 avril 2020
A VOIR

|

Le coronavirus tue le médecin chinois qui avait sonné l’alarme

Publié le

Un des premiers médecins chinois à avoir sonné l'alarme en décembre quant aux dangers d'un nouveau coronavirus, ce qui lui avait valu des réprimandes des autorités, est mort de la maladie provoquée par ce virus tôt vendredi, a annoncé l'hôpital où il était soigné.

Publié le 06/02/2020 à 14:32 - Mise à jour le 06/02/2020 à 14:32
Lecture < 1 min.

Un des premiers médecins chinois à avoir sonné l'alarme en décembre quant aux dangers d'un nouveau coronavirus, ce qui lui avait valu des réprimandes des autorités, est mort de la maladie provoquée par ce virus tôt vendredi, a annoncé l'hôpital où il était soigné.

Li Wenliang, 34 ans, est mort à 02h58 à l’hôpital central de Wuhan, la ville qui est le berceau de l’épidémie, selon un message de l’établissement sur le réseau social chinois Weibo.

Ophtalmologue dans cette métropole, il avait observé des patients présentant des symptômes similaires à ceux du Sras, ce syndrome respiratoire qui avait pris des proportions épidémiques en 2002-2003.

Le 30 décembre, il avait adressé un message à des collègues en leur conseillant de se protéger avec masques et combinaisons et, un peu plus tard s’est, retrouvé montré du doigt par les autorités, accusé de propager des rumeurs avec sept autres personnes.

Li Wenliang avait raconté qu’on lui avait ordonné de signer une lettre reconnaissant qu’il avait fait « des commentaires erronés » et avait « fortement perturbé l’ordre social ».

La Cour suprême chinoise avait néanmoins par la suite considéré que les lanceurs d’alerte avait été traités de manière « inappropriée ».

Il avait été ensuite contaminé en soignant des malades et était salué comme un héros sur l’internet chinois.

Sa mort a provoqué des réactions de tristesse et de colère sur les réseaux sociaux chinois.

À ce jour, plus de 30 000 personnes ont été contaminées en Chine, dont plus de 630 personnes sont mortes, selon les chiffres officiels, malgré la mise en quarantaine de millions de personnes.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Confinement : et si on réalisait ses boissons à...

Les initiatives pour occuper son quotidien pendant le confinement se multiplient sur les réseaux sociaux : des cours de danse, de cuisine, de sport, et même de cocktails ! Un gérant d’une société de barman à domicile propose chaque soir des tutos pour réaliser ses boissons chez soi. Une idée originale pour égayer ses soirées seul ou en famille.

Mise en œuvre de la continuité pédagogique à compter...

Compte tenu de la prolongation du confinement général jusqu'au 15 avril 2020, la continuité pédagogique sera déployée en Polynésie française à compter du lundi 6 avril, jour de retour de vacances.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV