A VOIR

|

Île de Pâques : des statues moai abîmées par un incendie

Publié le

La municipalité de Rapa Nui, à l'île de Pâques, a partagé plusieurs clichés montrant les dégâts causés par un incendie. Plus de 100 hectares du parc national chilien ont brûlé, et certaines statues moai ont été "complètement carbonisées".

Publié le 06/10/2022 à 17:44 - Mise à jour le 07/10/2022 à 9:41
Lecture 2 minutes

La municipalité de Rapa Nui, à l'île de Pâques, a partagé plusieurs clichés montrant les dégâts causés par un incendie. Plus de 100 hectares du parc national chilien ont brûlé, et certaines statues moai ont été "complètement carbonisées".

Peu de temps après sa réouverture aux touristes, l’île de Pâques a subit un nouveau coup dur. Un incendie d’une centaine d’hectares s’est déclenché sans son parc national, brûlant aux passages des statues moai, ces immenses sculptures datées chronologiquement des XIIIᵉ et XVᵉ siècles qui font la renommée des lieux.

Vaste de seulement 3,500 kilomètres, les flammes ont, selon la sous-secrétaire du patrimoine culturel Carolina Perez, “affecté le Site de Patrimoine mondial” principalement autour du volcan Rano Raraku et dans son cratère.

Près de 700 statues moai sont situées dans la zone affectée. La municipalité ne précise toutefois pas l’étendue des dégâts. Ariki Trepano, directeur de la communauté Ma’u Henua en charge du management et de la maintenance du parc, a constaté des “dégâts irréparables, avec des conséquences au-delà du visible, certaines statues moai étant carbonisées“.

La déléguée du président chilien sur l’île, Juliette Hotus Paoa, s’est inquiétée d’une potentielle destruction volontaire de l’ “héritage matériel de Rapa Nui. Il nous fait la collaboration de la communauté et des outils, ou ne nous pourrons pas aller de l’avant. Je condamne les pratiques destructives“.

Le maire Pedro Edmunds Paoa pense également a un incendie d’origine humaine, comme il l’a confié à la radio locale Radio Pauta : “tous les feux sur Rapa Nui sont d’orginie humaine”.

Le site a été fermé pour permettre des investigations et des observations par le Département de la Conservation.