samedi 30 mai 2020
A VOIR

|

Hydroxychloroquine : Macron rend une visite surprise au professeur Raoult

Publié le

La visite d'Emmanuel Macron jeudi au controversé professeur marseillais Didier Raoult, héraut du traitement à l'hydroxychloroquine contre le Covid-19, illustre la volonté du président de consulter tous azimuts avant de nouvelles décisions dans la crise du coronavirus.

Publié le 09/04/2020 à 9:55 - Mise à jour le 09/04/2020 à 9:57
Lecture 3 minutes

La visite d'Emmanuel Macron jeudi au controversé professeur marseillais Didier Raoult, héraut du traitement à l'hydroxychloroquine contre le Covid-19, illustre la volonté du président de consulter tous azimuts avant de nouvelles décisions dans la crise du coronavirus.

Le chef de l’Etat est resté 3h30 à l’Institut Hospitalo-Universitaire (IHU) Méditerranée Infection, dont il a visité les installations modernes avant de s’entretenir avec le professeur Raoult, sans la présence de journalistes.

Le spécialiste des maladies infectieuses lui a présenté la dernière étude de ses services, pas encore officiellement publiée, qui confirme, selon lui, l’efficacité de l’hydroxychloroquine (dérivé de la chloroquine, un médicament contre le paludisme) dès l’apparition des premiers symptômes du coronavirus. Des résultats dont un certain nombre de médecins et de scientifiques mettent la portée en doute.

Une étude estimant « à 91 % l’efficacité de son traitement »

Selon Les Echos, l’étude de suivi du professeur Raoult porte sur 1 061 patients passés par ses services. La guérison virologique aurait été obtenue chez 973 patients en 10 jours.

L’Elysée a insisté sur le fait que cette rencontre ne représentait pas « une reconnaissance » de la méthode du professeur. « Le président a la volonté de prendre en compte l’ensemble des essais et des études, dont celle du professeur Raoult (…) Ce n’est pas à lui de trancher le débat, qui doit être tranché scientifiquement », a souligné son entourage.

Dans la matinée, Emmanuel Macron avait effectué un premier déplacement de plus de deux heures à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), où il a rencontré des équipes hospitalo-universitaires impliquées dans la recherche clinique sur le coronovarus.

Il a été accompagné durant toute la journée par le Pr Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique du Covid-19 qui le conseille depuis le début de la crise sanitaire.

« Emmanuel Macron veut montrer qu’il écoute les différents points de vue »

Bruno Cautrès, chercheur au Cevipof

Depuis le début de l’épidémie, Emmanuel Macron s’est déplacé une dizaine de fois au contact des soignants ou des travailleurs sociaux mobilisés, mais la visite surprise à Marseille a pris un caractère particulier en raison du débat qui agite tant l’opinion que la classe politique sur le professeur Raoult.

« Dans son souci d’incarner l’unité nationale, Emmanuel Macron veut montrer qu’il écoute les différents points de vue », et ne veut « pas faire l’impasse sur une voie de travail qui fait largement débat », remarque Bruno Cautrès, chercheur au Cevipof.

Pour l’expert Frédéric Dabi, cette visite, qui est « un acte fort », est à la fois « une manière de contrôler la parole de Didier Raoult parce qu’il ne pourra pas dire qu’il n’a pas été écouté » mais aussi « une formidable légitimation de ce chercheur » pourtant controversé.

Les réactions politiques ont été nombreuses, en particulier des élus de droite qui ont pris fait et cause pour le protocole du professeur Raoult. A l’image de Renaud Muselier, président LR de la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, qui a vu dans la visite « une marque de reconnaissance de l’Etat pour ce grand médecin mais aussi la démonstration qu’Emmanuel Macron sait écouter ».

« Le président a parfaitement raison de prendre l’avis du Dr Raoult », a réagi Christian Estrosi, le maire LR de Nice. « C’est ce qu’on attend d’un chef de guerre : ne pas simplement s’entourer de conseillers qui peuvent vous ballotter du matin au soir, mais d’être capable d’arbitrer en allant vous rendre compte par vous-même des réalités sur le terrain », a-t-il ajouté sur BFMTV.

Pour Marine Le Pen, la présidente du RN, le chef de l’Etat « court après les événements » en allant rencontrer Didier Raoult, dont la demande pour laisser la liberté aux médecins de pouvoir prescrire la chloroquine aux malades est approuvée par une majorité de Français selon les sondages.

« Il ne faut voir aucune dimension politique à ce déplacement », a insisté l’Elysée.

Le ministre de la Santé Olivier Véran avait appelé le week-end dernier à ne pas brûler les étapes, en soulignant qu’on connaîtrait prochainement les premiers résultats intermédiaires d’études cliniques, qui visent à déterminer si la chloroquine mais aussi « d’autres médicaments prometteurs » sont efficaces quand ils sont pris dès le début de la maladie.

Dans les prochains jours, Emmanuel Macron va continuer à « consulter un grand nombre d’acteurs publics et privés, français, européens et internationaux » afin de préparer l’allocution aux Français qu’il prononcera lundi, à 20h02 (heure de Paris) notamment pour confirmer la prolongation du confinement, selon l’Elysée.

SourceAFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Air Tahiti : pas d’indemnisation pour ses lignes déficitaires

Le tribunal administratif a tranché : les 2 requêtes d'Air Tahiti qui demandait à être indemnisée pour compenser le coût des dessertes minimales pour les lignes déficitaires dites de désenclavement, en 2014 et 2015, ainsi que 2018 et 2019, ont été rejetées.

Par crainte de la foudre, SpaceX reporte son premier...

https://www.facebook.com/NASA/videos/695595847675337/ "Dragon, SpaceX : malheureusement, nous n'allons pas lancer aujourd'hui", a annoncé aux astronautes le directeur du lancement...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV