Des députés ultramarins dénoncent le « révisionnisme historique » de Darmanin

Publié le

Plusieurs députés ultramarins ont réagi vendredi aux récents propos du ministre de l'Intérieur et des Outre-mer Gérald Darmanin, qu'ils accusent de "révisionnisme historique" concernant l'histoire de l'esclavage dans les Outre-mer.

Publié le 03/02/2023 à 10:31 - Mise à jour le 03/02/2023 à 10:31

Plusieurs députés ultramarins ont réagi vendredi aux récents propos du ministre de l'Intérieur et des Outre-mer Gérald Darmanin, qu'ils accusent de "révisionnisme historique" concernant l'histoire de l'esclavage dans les Outre-mer.

Le ministre de l’Intérieur et des Outre-mer Gérald Darmanin est intervenu dans un colloque organisé par l’hebdomadaire Le Point jeudi à Paris, en tant que premier orateur du cycle de conférences intitulé « L’outre-mer aux avant-postes ». Une sortie remarquée par sa fermeté. Une vingtaine de députés, dont ceux de la Polynésie, ont dénoncé ses propos ce vendredi.

« C’est la République française qui a aboli l’esclavage (…) on demande donc (aux territoires ultramarins) d’aimer la République« , avait déclaré jeudi M. Darmanin lors d’un colloque organisé par l’hebdomadaire Le Point. « Il y a aux Antilles, en Guyane, un sentiment identitaire, de réaction, qui mérite d’être entendu mais qui (…) ne mérite pas d’être entendu comme la Nouvelle-Calédonie a le mérite d’être entendue parce que ce n’est pas la même histoire« , avait-il ajouté.

« Au relativisme moral des puissances colonisatrices, persuadées d’apporter culture et savoir aux populations dont elles brimaient les capacités d’autodétermination en même temps qu’elles tuaient leur puissance créatrice, semble avoir succédé une forme nouvelle de révisionnisme historique« , ont réagi vendredi 18 députés élus ultramarins dans un communiqué.

Des propos « honteux et mensongers »

« Si l’histoire coloniale est en effet plurielle dans sa réalisation, elle est une dans ses causes et dans ses conséquences actuelles: les outremer demeurent le pur produit de l’expansionnisme, restent envisagés comme des relais de puissance et d’influence, et sont tributaires de prismes nationaux car constamment ramenés à leurs vertus géostratégiques« , ont-ils poursuivi.

L’abolition de l’esclavage est « le résultat de la résistance constante des esclaves, contraints d’arracher leur liberté là où les décisions de la République mentionnée par Gérald Darmanin tardaient à être proclamées, et plus encore, à être appliquées« , insistent les députés ultramarins.

« C’est cette même République qui maintient nos territoires d’outre-mer dans un état de sous-développement chronique et qui passe quasiment systématiquement sous silence les outre-mer dans les projets de loi présentés au Parlement, dessaisissant progressivement ce dernier de ses prérogatives« , ajoutent-ils.

Les élus demandent des excuses officielles de la part du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer.

Dernières news

Activer le son Couper le son