samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Assaut à Saint-Denis : plusieurs terroristes sont morts, dont une kamikaze

Publié le

Publié le 17/11/2015 à 7:32 - Mise à jour le 17/11/2015 à 7:32
Lecture 2 minutes

Ce mercredi, le ministère de l’Intérieur n’a « pas exclu » qu’un « troisième terroriste » ait pu être tué dans l’assaut policier. « Il n’est pas exclu que, compte tenu des éléments retrouvés sur place, il y ait un troisième terroriste qui ait été tué », déclare le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Pierre-Henry Brandet, à l’AFP. Deux personnes sont mortes dans l’opération, avait dit à la mi-journée le procureur de Paris, François Molins : « Une jeune femme en cours d’identification qui s’est fait exploser en déclenchant sa charge explosive » et un homme « retrouvé à l’issue de l’opération atteint par des projectiles et des grenades ».

Thomas Beha, 24 ans, intermittent du spectacle, habite le 1 rue du Corbillon, juste en face de l’immeuble visé par la police. Il a vu la femme se faire exploser. « Vers 07h, 07h30 environ, elle était à une fenêtre ouverte au 3e étage. Elle regardait en bas, sans doute vers la police, et elle a crié. Elle s’est fait exploser à la fenêtre. Au bout d’une heure de rafales, j’avais l’impression que ça traversait les murs, que c’était dans l’appartement à côté de chez moi. On n’avait pas accès aux fenêtres, les policiers ont sommé les gens d’aller se réfugier dans une pièce au calme. Toutes les fenêtres du bâtiment sont explosées. Il y a des impacts de balles dans les murs. Il y avait beaucoup de douilles au sol avant l’intervention de la police scientifique et quelques traces de sang. L’immeuble est en ruine », a-t-il dit à l’AFP.
 

Avec AFP

 

Suivez l’info en direct en cliquant ICI

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.