lundi 13 juillet 2020
A VOIR

|

Asie-Pacifique : l’Inde se retire du gigantesque accord de libre-échange promu par Pékin

Publié le

L'Inde, inquiète de l'arrivée massive sur son sol de produits chinois, ne rejoindra pas le gigantesque traité de libre-échange Asie-Pacifique, promu par Pékin, qui pourrait tout de même être ratifié par quinze autres pays en 2020.

Publié le 04/11/2019 à 9:43 - Mise à jour le 04/11/2019 à 14:41
Lecture 3 minutes

L'Inde, inquiète de l'arrivée massive sur son sol de produits chinois, ne rejoindra pas le gigantesque traité de libre-échange Asie-Pacifique, promu par Pékin, qui pourrait tout de même être ratifié par quinze autres pays en 2020.

New Delhi a décidé de rester à l’écart du Partenariat économique intégral régional (RCEP) dans « l’intérêt national » de l’Inde, a déclaré Vijay Thakur Singh, du ministère indien des Affaires extérieures, au cours d’un point presse à Bangkok en marge du sommet des dirigeants de l’Association des nations d’Asie du Sud-Est (Asean).

Avec l’Inde, ce traité aurait crée un marché réunissant près de la moitié de la population mondiale et contribuant à hauteur de plus de 30% au produit intérieur brut de la planète. Mais ce pays craint que son industrie ne soit durement touchée s’il était inondé de produits bon marché fabriqués en Chine.

L’Inde redoute aussi que les denrées agricoles australiennes et néo-zélandaise ne fassent du tort à ses agriculteurs. « Notre décision a été guidée par l’impact que cet accord aurait sur les habitants », a commenté Vijay Thakur Singh.

Le RCEP vise à créer une gigantesque zone de libre-échange entre les 10 États de l’Asean (Indonésie, Thaïlande, Singapour, Malaisie, Philippines, Vietnam, Birmanie, Cambodge, Laos et Brunei), la Chine, le Japon, la Corée du Sud, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

Une signature en 2020

Même sans l’Inde, ces pays sont tombés d’accord lundi à Bangkok pour signer ce texte en 2020, d’après le communiqué final de la rencontre. Ils ont « conclu leurs négociations pour essentiellement répondre à l’ensemble de leurs problèmes d’accès aux marchés », peut-on lire dans ce texte. Et l’Inde sera toujours « la bienvenue », a souligné le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Le Yucheng.

Pékin reste à cet égard en première ligne pour défendre ce RCEP, un projet lancé en 2012 et qui avait peiné jusqu’ici à se concrétiser. Engagée dans un féroce conflit commercial avec Washington qui a porté un coup sévère à ses exportations, l’économie chinoise a besoin d’un nouveau souffle.

Le RCEP consacrerait aussi un peu plus l’influence de la Chine sur une grande partie de l’Asie, tandis que les États-Unis tendent à se désengager de la région depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche. En janvier 2017, ce dernier avait retiré son pays du grand projet concurrent, le Traité de libre-échange transpacifique (TPP), promu par son prédécesseur démocrate Barack Obama.

Le retrait américain « était un acte symbolique très fort et la tendance (au désengagement des États-Unis en Asie, ndlr) se poursuit », estime l’analyste Alex Holmes, de Capital Economics. « Cela permet à la Chine de renforcer son influence ». Le Premier ministre chinois avait d’ailleurs fait le déplacement au sommet de l’Asean, qui se termine ce lundi, tout comme ses homologues russe, japonais, indien et australien.

« Je pense qu’il est important que l’Inde soit présente »

Scott Morrison, le Premier ministre australien

En revanche, Donald Trump ou le vice-président Mike Pence ont brillé par leur absence, le président américain se contentant de se faire représenter par son secrétaire au Commerce, Wilbur Ross, et son conseiller à la sécurité nationale, Robert O’Brien. Au final, s’il était ratifié l’année prochaine, le RCEP serait « avant tout un texte symbolique énonçant des principes importants », estime Santi Chaisrisawatsuk, professeur à l’Université NIDA de Bangkok. Selon lui, il sera sûrement question d’une réduction très progressive des barrières douanières. « Cela pourrait probablement prendre 10 ou 15 ans ».

Et, un RCEP sans l’Inde, la troisième plus grande économie asiatique malgré un net ralentissement, perd un peu de sa superbe. « Je pense qu’il est important que l’Inde soit présente » dans cet accord, avait d’ailleurs relevé, avant l’annonce de la diplomate indienne, le Premier ministre australien, Scott Morrison.

Son pays ainsi que la Nouvelle-Zélande avaient demandé des garanties en matière de protection du travail et de l’environnement pour rejoindre le traité.

La Polynésie va-t-elle devenir une zone incontournable, stratégique et économique ? La question se posera à l’Université de Polynésie française, cette semaine. Un colloque intitulé « Indo-Pacifique et routes de la soie » réunira les meilleurs spécialistes nationaux. Et notamment Pascal Boniface, géopolitologue de renom, invité sur le plateau du Tahiti Nui Télévision (ci-dessus).

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Modification de la carte scolaire des enseignements du second...

La ministre de l’Éducation a présenté en Conseil des ministres la nouvelle carte de formation des établissements publics du second degré dès la rentrée scolaire 2020-2021.

Une administration en sureffectif et sous-qualifiée, selon la CTC

Une administration en sureffectif et sous qualifiée. C’est le constat que dresse la Chambre Territoriale des Comptes dans son dernier rapport paru hier après une longue période de réserve en raison des échéances électorales. La CTC s’est penchée sur la gestion des ressources humaines de l’administration du Pays de 2010 à aujourd’hui. Et si quelques progrès ont été faits, ils sont insuffisants pour la juridiction qui plaide pour que des "réformes structurelles" soient entreprises "au plus vite".

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV