lundi 4 juillet 2022
A VOIR

|

Anthony Albanese, futur Premier ministre de l’Australie

Publié le

Anthony Albanese, le prochain Premier ministre de l'Australie, est un homme du peuple et un miraculé d'accident de la route qui a su redresser le Parti travailliste et le mener à une victoire sur le fil, mettant fin à neuf ans de règne des conservateurs sur l'immense pays-continent.

Publié le 21/05/2022 à 10:17 - Mise à jour le 21/05/2022 à 10:17
Lecture 3 minutes

Anthony Albanese, le prochain Premier ministre de l'Australie, est un homme du peuple et un miraculé d'accident de la route qui a su redresser le Parti travailliste et le mener à une victoire sur le fil, mettant fin à neuf ans de règne des conservateurs sur l'immense pays-continent.

“J’ai pensé que c’était la fin”, a raconté M. Albanese en décrivant son hospitalisation dans un état critique l’an dernier, après une collision entre sa voiture et un véhicule tout-terrain conduit par un adolescent.

A l’époque, les travaillistes étaient à la traîne dans les sondages, loin derrière les conservateurs du Premier ministre Scott Morrison. Anthony Albanese, surnommé “Albo” par ses partisans, a expliqué qu’avoir frôlé la mort lui a donné l’énergie nécessaire pour tout changer.

A 59 ans, il peut aujourd’hui se vanter d’un rétablissement sur tous les fronts : il a retrouvé la santé, il a consolidé son autorité à la tête de son parti, et il a perdu 18 kilos. Ses costumes sont devenus plus chics, et il a troqué ses lunettes métalliques de bouquiniste pour des montures noires à la Mad Men.

Surtout, il ramène au pouvoir les travaillistes après une course en tête depuis plus d’un an dans les sondages, grâce à des attaques ciblées contre la gestion gouvernementale de la pandémie et des incendies catastrophiques pendant l’été austral 2020.

Origines ouvrières

Anthony Albanese avait été élu au parlement pour la première fois en 1996. A l’époque, il avait dédié son premier discours à sa mère, Maryanne Ellery, qui l’avait élevé seule dans un logement social de Sydney “dans des circonstances économiques très difficiles”. Militant travailliste depuis le lycée, premier membre de sa famille à étudier à l’université, il affirme que ses origines ouvrières ont façonné sa vision du monde.

“Cela en dit long sur ce pays”, a-t-il déclaré en votant samedi, la voix fendue par l’émotion, “que quelqu’un avec mes origines puisse se tenir devant vous aujourd’hui, en espérant être élu Premier ministre de ce pays”. M. Albanese a raconté que sa mère, catholique, avait décidé de lui donner le nom de son père, même s’ils ne s’étaient jamais mariés et n’avaient jamais vécu ensemble. “J’ai été élevé en croyant qu’il était mort”, a-t-il expliqué. “Cela en dit long sur la pression qui était exercée sur les femmes”.

A la recherche du père

Après la naissance en 2000 de son fils unique, Nathan, M. Albanese s’était lancé à la recherche de son propre père, Carlo Albanese, avec une vieille photographie pour seul indice. Il l’avait finalement retrouvé dans sa ville d’origine, Barletta, en Italie, et s’était réconcilié avec lui avant sa mort en 2014. “La dernière conversation que nous avons eue, c’était pour se dire qu’on était contents de s’être retrouvés”, a-t-il confié.

Anthony Albanese sera le premier chef du gouvernement australien à porter un nom de famille autre qu’anglo-saxon ou celtique. Après avoir gravi les rangs du Parti travailliste, “Albo” était devenu ministre des Transports en 2007 lors de l’arrivée au pouvoir de Kevin Rudd, conservant ce portefeuille sous la Première ministre suivante, Julia Gillard. Il était finalement devenu leader de l’opposition après la déroute des travaillistes aux élections de 2019.

Dans l’impossibilité de parcourir le pays pendant la pandémie, M. Albanese a néanmoins réussi à se faire connaître des électeurs. Pendant sa campagne, il a séché devant des journalistes qui l’avaient piégé en lui demandant quel était le taux de chômage en Australie et le taux directeur de la banque centrale. Mais il a relativisé ce faux pas. “Tout le monde se trompe dans la vie. La question est de savoir si l’on peut en tirer les leçons. Ce gouvernement ne cesse de répéter les mêmes erreurs”, avait-il dit.

Il a promis de mettre en place un puissant organisme anticorruption, d’augmenter le salaire minimum au gré de l’inflation et de réduire de 43% les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. Dans son discours de victoire, il a aussi promis de transformer l’Australie en “super-puissance” des énergies renouvelables.

Il s’est, jusqu’à présent, abstenu de dire s’il comptait renoncer au charbon ou interdire l’ouverture de nouvelles mines, un secteur dont dépend encore lourdement l’économie du pays.

infos coronavirus