mercredi 18 mai 2022
A VOIR

|

Vidéo – Raihere Dudes: l’UFC en ligne de mire

Publié le

Publié le 23/06/2018 à 8:24 - Mise à jour le 24/06/2019 à 15:53
Lecture 3 minutes

Raihere est l’un des précurseurs du MMA au fenua. Il a disputé son premier combat en Nouvelle-Zélande en septembre 2012. Depuis, il enchaîne les combats et les victoires. Sa dernière ? c’était face au Californien Caden Lockwood, qu’il a soumis en un peu plus d’une minute.

“Je me suis préparé en fonction de mon adversaire, à savoir, un lutteur. du coup j’ai travaillé mes déplacements pour pouvoir contrer ses mouvements. Avec mon coach, on s’était dit qu’il ne fallait pas le laisser s’installer car une fois qu’il est dans son jeu, c’est assez difficile et il fallait que je le cueille à froid pour ne pas qu’il m’impose son style de combat. A un moment, il m’a donné son dos et j’ai profité de l’occasion pour le soumettre.”

Suite à sa victoire, le Tahitien s’est vu proposer un combat pour l’obtention d’une ceinture. Confrontation qui devrait se dérouler cette année. “J’ai été appelé par le détenteur de la ceinture Cage Wars 16 des moins de 70 kilos (NDLR: le frère de Caden Lockwood) qui m’a défié le soir même de ma victoire, car ils n’a pas vraiment apprécié que je batte son petit frère, et j’ai accepté le challenge.” Si le “Islander” décroche cette ceinture, elle sera la sixième sur son tableau de chasse.

Son ambition : entrer dans l’octogone de l’UFC, la plus prestigieuse organisation de la discipline. Un parcours semé d’embuches même si  notre aito s’approche peu à peu de son but.   “J’ai une préparation en vue en Nouvelle-Zélande, puis je partirais avec la team Oyama de Los Angeles. Je suis suivi par de grosses organisations et je veux faire mes preuves afin de prouver que j’ai ma place là-bas en tant que nouveau challenger, et je risque de signer bientôt avec ces grosses organisations.”

Pour mettre les chances de son coté, Raihere tient à rester actif, de gagner ses combats “avec des KO ou des soumissions au premier round pour me faire remarquer.” espère le champion.

Quant à son rêve ultime: intégrer l’UFC. “Comme tout le monde”, indique Raihere, tout en sachant que “C’est moins facile  d’y accéder parce que le MMA est devenu un sport business aux USA , et qui dit business dit followers sur les réseaux sociaux et pour moi qui vient de Tahiti, c’est assez dur parce que mes fans sont ici, même s’ils me soutiennent énormément, mais aux Etats Unis, c’est difficile. J’ai plus de chances d’intégrer l’UFC en faisant des KO qu’avec mes fans aux USA.”

Plus on fait parler de soi sur le web, plus on est suivi et plus on a de chances d’attirer l’attention de l’UFC. “Si tu as une histoire et que tu fais parler de toi en étant le mec qui met KO et qui fait sensation, tu as plus de chances de te faire recruter. Les réseaux, c’est une partie devenue importante si l’on veut réussir aux USA”.

Si les USA peuvent représenter l’Edorado pour les combattants qui veulent se faire un nom, une autre destination s’offre à eux. L’Asie. “Je suis suivi par le président du One FC, on a eu quelques échanges, mais rien de concret pour le moment… J’ai des contacts avec une autre grosse organisation en Asie, mais je dois encore faire mes preuves et si je continue comme cela, j’arriverais surement à signer avec l’une des deux.”

Pour l’heure son objectif et de continuer à gagner un maximum de combat, “avec panache.”
 

Rédaction web avec Oriano Tefau et Davidson Bennett

infos coronavirus