samedi 21 septembre 2019
A VOIR

|

Nage avec les champions

Publié le

Publié le 07/10/2016 à 12:43 - Mise à jour le 24/06/2019 à 15:59
Lecture 3 minutes

Ils sont tous là. Ils ont tous répondu présents en toute simplicité,  les icônes de la natation. Florent Manaudou, Camille Lacourt, Frédérick Bousquet, Grégory Mallet, Giacomo Perez Dortona, Sarah Sjöström, Femke Heemskerk, Natalie Coughlin et Stéphane Debaere. Celui qui est à l’origine de la venue des champions à Tahiti.

Tous étaient là spécialement pour les 70 petits nageurs des clubs de Tahiti, la vingtaine d’enfants du village SOS de Papara et les 45 enfants du Pisan, le programme d’insertion social destiné aux enfants des quartiers prioritaires de Mahina, Faaa et Punaauia.

Françoise Clairefond, assistante administrative et référent du Pisan à la Fédération Tahitienne de Natation, nous explique ce qu’est le Pisan. “Le Pisan  est un programme d’insertion social par les activités de la natation qui est destiné aux quartiers prioritaires des communes associées au contrat de ville. (…) Le Pisan est un programme qui se déroule au mois de juillet durant les grandes vacances sur les piscines de Pater et de Taina, qui sont mises gracieusement à la disposition de la fédération. (…)”

Le programme du Pisan se déroule ainsi. Durant dix jours de stage, les enfants ont une heure et demie de natation à la piscine où ils apprennent les rudiments de la natation et à vivre ensemble.

Ce samedi  est un jour particulier pour les enfants. “Comme les nageurs olympiques sont sur le fenua, invités par la fédération, nous avons voulu faire profiter les enfants de leur présence”. Et les enfants en profite. Agglutinés en grappe autour des champions, ils boivent leur parole, des étoiles plein les yeux.  Voir en vrai ceux qu’ils ne pouvaient qu’admirer par écran interposé.

Les quatre ateliers mis en place par la fédération étaient pris d’assaut par les enfants. Imaginez…. Apprendre la nage papillon avec Sarah Sjtröm et Frédérick Bousquet, la brasse avec Stéphane Debaere et Giacomo Perez Dortona, le dos avec Florent Manaudou, Camille Lacourt et Nathalie Coughlin et enfin le crawl avec Grégory Mallet et Femke Heemskerk, il y a de quoi être dans tous ses états.

Mais l’organisation de cette manifestation sur cette plage VAIAVA du PK 18 à Punaauia n’est pas anodine car avec seulement quatre piscines disponibles, Pater, Taina, Tipaerui  et La Mennais, la fédération Tahitienne de Natation cherche à développer, la pratique de la nage en eau libre.

Vadim Toumaniantz, secrétaire général de la fédération tahitienne de natation précise “Nous cherchons à développer l’usage du lagon pour promouvoir la nage en eau libre. On a un vrai potentiel et le lagon est sous utilisé pour la nage sportive”.   La natation en piscine et eau libre diffèrent. En piscine, point de courant, ni remous. Dans le lagon, si l’on est un peu plus porté par l’eau de mer à cause de la densité du sel, on subit les remous, les clapots et le vent.

“La natation en eau libre permet aussi d’éviter de construire des piscines, pas d’occupation de terrain, pas d’entretien et on a la vue…” argumente  Vadim Toumaniantz. Poursuivant, “Développer des bassins de natation c’est quasiment impossible, alors que le lagon est pour l’instant disponible pour ce type d’activité. Même si l’idéal serait d’avoir une surveillance et un certain nombre d’équipement de sécurité à proximité. IL faudrait développer ce type d’activité sous l’égide des clubs et ne partenariat avec les communes” conclut-il.

En attendant de pouvoir rivaliser avec les Manaudou, Lacourt et consort, rendez-vous est donné pour demain à la pointe Vénus à Mahina, où le public est convié à venir rencontrer  la crême de la natation mondiale.
 

Rédaction Web avec Thierry Teamo
 

La petite fourmi de feu : un désastre écologique

Elle est l’une des 100 espèces les plus envahissantes au monde : la petite fourmi de feu ou fourmi électrique dévaste tout sur son passage. Originaire d’Amérique centrale et du sud, elle a été signalée pour la première fois en 2004 à Mahina. Elle est présente aujourd’hui à Tahiti, Moorea, Rurutu, Huahine ou encore à Bora Bora... Le dossier de la rédaction :

Le drame des violences conjugales en Polynésie française

La secrétaire d’État Marlène Schiappa a annoncé mettre en place un Grenelle spécifique aux territoires d’outre-mer le 25 novembre. Quel est le constat de cette violence en Polynésie et quelles sont les aides dont bénéficient les victimes ?

Ligue 1 Football : le point sur les grands changements avant la reprise

En football, après 2 longs mois d’arrêt, les footballeurs de ligue 1 reprennent petit à petit le chemin des terrains. L’occasion pour nous de faire le point sur les grands chantiers de l’intersaison avec en ligne de mire le mercato hivernal.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Une Tahitienne championne de padel tennis

Léa Moerava Godallier est la numéro 2 française au classement de la Fédération Française de Tennis (FFT). Depuis septembre, elle s’est installée à Madrid car elle a intégré le circuit professionnel : le World Padel Tour qui regroupe tous les meilleurs joueurs mondiaux.

Grands projets : “cela va voir le jour” assure...

L’ouverture de la session budgétaire de l’assemblée s’est tenue ce matin avec les discours des présidents de l’hémicycle de Tarahoi, Gaston Tong Sang, et celui de la Polynésie Française, Edouard Fritch. Ce dernier a dressé un bilan d’étape de son gouvernement et donné les orientations à venir. Un bilan jugé positif pour la majorité, mais très critiqué par l’opposition.

catégories populaires