jeudi 4 mars 2021
A VOIR

|

David Larose au chevet du judo polynésien

Publié le

Publié le 20/04/2019 à 14:25 - Mise à jour le 24/06/2019 à 15:50
Lecture 2 minutes

Pour la démonstration du jour, David Larose dévoile sa technique favorite, Ko Uchi Gake, le petit crochet intérieur, mais sous une autre forme adapté à sa façon. « Le but est de leur ouvrir un petit peu leur judo pour qu’ils puissent avoir plus de sensations et différentes direction d’attaque. » explique David Larose.

Originaire du Burkina-Faso, David Larose a fait partie de l’équipe de France pendant 15 ans, il y a évolué dans la catégorie des moins 66 kg. L’athlète international s’est constitué un palmarès exceptionnel : champion du monde junior en 2004, champion du monde par équipe en 2011, 3 fois médaillé aux championnats d’Europe, double vainqueur du Grand Slam de Paris et sélectionné aux jeux Olympiques de Londres en 2012.

A quelques mois des jeux du Pacifique, cette master class est une bonne préparation  pour les sélectionnés. « C’est une équipe assez dynamique, ils manquent un petit peu de repères, mais cela va venir petit à petit, ce stage est fait pour cela. Leur faire prendre quelques repères, et une quantité de travail qu’ils n’ont pas encore effectuée. » précise le champion du monde.
 
Un diagnostic que confirme Nicolas Tivant , entraineur de la sélection tahitienne. « il ne faut pas se mentir, on a besoin de confrontation. Malheureusement on a plutôt tendance à être trop gentil avec nos adversaires et là d’avoir quelqu’un qui les pousse à bastonner, cela fait du bien. »
 
Les combats de préparation se poursuivront en juin avec un tournoi international Open organisé à Tahiti. Et un stage intensif avec le parrain  du club de Tefana, Ugo Legrand, vice-champion olympique en 2012, attend la sélection.

 

Rédaction web avec Oriano Tefau

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu