mercredi 23 septembre 2020
A VOIR

|

Vigneron dans le Lot, Heifara crée des « apéros hebdos » pour s’adapter à la crise

Publié le

En métropole aussi, le tourisme est perturbé et il a fallu s’adapter à la situation. C’est le cas de Heifara Swartvagher, originaire de Taha’a, installé dans le département du Lot où il travaille la vigne. Viticulteur très implanté dans la vie locale, il a monté en famille les apéros hebdos devant ses chais, qui proposent à un public restreint de passer une soirée-concert en consommant local et en dégustant les vins de sa propriété. Et cela fait un carton.

Publié le 28/07/2020 à 13:04 - Mise à jour le 29/07/2020 à 10:06
Lecture 2 minutes

En métropole aussi, le tourisme est perturbé et il a fallu s’adapter à la situation. C’est le cas de Heifara Swartvagher, originaire de Taha’a, installé dans le département du Lot où il travaille la vigne. Viticulteur très implanté dans la vie locale, il a monté en famille les apéros hebdos devant ses chais, qui proposent à un public restreint de passer une soirée-concert en consommant local et en dégustant les vins de sa propriété. Et cela fait un carton.

Une grande partie de son temps, Heifara est dans sa cuisine. « C’est là où on reçoit toute la vendange, indique-t-il. Donc le premier truc, c’est la traçabilité. Si j’appelle ça une cuisine, c’est parce que c’est le lieu où on va transformer le raisin qu’on a récolté en vin. On commence globalement mi-septembre et les vins sont finis à Noël. Donc c’est un beau cadeau, et c’est la semaine où on peut enfin prendre des congés. »

Heifara Swartvagher. (crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Mais Noël et les vacances ne sont pas pour tout de suite. D’autant qu’en plus du travail de la vigne, les Swartvagher ont débuté une nouvelle activité : des apéros hebdos sur réservation. Un vrai nouveau métier pour Anne, son épouse.

« La plus grande difficulté au début, ça a été de créer des tables et des chaises, explique-t-elle. Ça paraît pas, mais on était partis sur une cinquantaine, là on est à peu près à 80 personnes. On n’était pas habitués à recevoir autant de personnes et dans le contexte actuel c’est une table par groupe, donc ça veut dire multiplier les assises pour faire en sorte que les gens puissent être assis pendant tout l’événement. »

Anne Swartvagher. (crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

L’événement, c’est deux fois par semaine, les jeudis et vendredis. Un concert-live proposé devant les chais. Un rêve de longue date de leur fille, que la période de confinement à permis de réaliser.

« Je pense que ça a accéléré les choses, mais Naomi a toujours voulu organiser le plus grand festival du monde, plutôt version techno, sourit Heifara. Elle sait que chez nous on n’est pas trop boum boum, donc elle propose tous les genres musicaux. Hier c’était du reggae, là c’est du swing blues. Il y a eu du polynésien évidemment avec Bibi. »

Bibi. (crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Bibi, c’est l’autre Polynésien qui vit ici depuis 1993. Et comme pour chaque projet de la famille depuis 30 ans, il répond toujours présent ! « Suite aux événements du corona, pour faire bouger le monde on a préféré faire ce genre d’activité, de bringue comme on dit chez nous ! », confie-t-il dans un grand sourire.

Une bringue bienvenue en ces temps de crise. Les concerts et fêtes de village habituels ont tous été annulés dans la région. Du vin, à consommer avec modération certes, et de la musique à profusion, pour un cocktail réussi.  

REPORTAGEEric Dupuy

infos coronavirus

Coronavirus : les UV pour lutter contre l’épidémie ?

C’est un appareil qui pourrait s’avérer très efficace pour désinfecter les surfaces susceptibles d’être contaminées par la Covid-19. Le Bio-Scan utilise les...

Covid-19 : Des guides sanitaires pour mobiliser la population dans les quartiers de Papeete

20 guides sanitaires arpentent chaque jour les quartiers de la capitale pour sensibiliser aux mesures de précaution et protéger la population. Armés de gel désinfectant et de beaucoup de patience, ils rappellent jusqu’au domicile des personnes les plus isolées ou les plus faibles, comment éviter la propagation du coronavirus.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV