mardi 7 juillet 2020
A VOIR

|

Vidéo – « L’ice est devenue une drogue banale que l’on peut se procurer facilement »

Publié le

Publié le 08/10/2017 à 8:22 - Mise à jour le 08/10/2017 à 8:22
Lecture 2 minutes

« Les premiers cas que j’ai eu à traiter concernant la consommation d’ice, remonte à une dizaine d’années. », indique le docteur qui explique que « Ceux-ci étaient envoyés par la justice et ce n’est que ces dernières semaines que je reçois des gens qui viennent d’eux-mêmes me consulter. »

Selon la spécialiste c’est devenue une drogue banale que l’on peut se procurer facilement. « C’est quelque chose qui est installé en Polynésie, ce n’est pas un phénomène nouveau. (…) elle touche toutes les classes sociales. Les gens aisés se la procure grâce à leurs moyens, tandis que les plus pauvres, se lancent  dans le trafic, ou se la procure par d’autres moyens ».

Récemment, le procureur de la République rappelait que « Cette drogue n’est plus réservée à une élite, mais touche toutes les couches de la population, y compris les plus modestes, qui pour financer cette toxicomanie a malheureusement recours à la délinquance. » 
 
A la question de savoir si tôt ou tard, les fumeurs d’herbe ou les addicts à l’alcool sauteront le pas pour tâter de l’ice, le docteur Brugiroux estime que « Oui ». Tempérant toutefois, « Cela ne veut pas dire pour autant que tous les fumeurs de paka se mettront à l’ice. «  Néanmoins, « A partir du moment que vous allez chez votre dealer acheter de l’herbe, il arrivera un moment où celui-ci vous proposera un autre produit. Ce sont les mêmes réseaux de distribution. »

Quant au distinguo entre le cannabis considéré comme une drogue douce, moins dangereuse, et l’ice cataloguée drogue dure, donc plus dangereuse, l’addictologue ne raisonne pas de la même manière. « La dangerosité dépend du consommateur. Maintenant l’ice est un produit qui a un fort taux addictogène. On sera plus vite dépendant avec de l’ice et celle-ci sera beaucoup plus forte au niveau psychologique qu’avec le paka où il faut tout de même une consommation sur plusieurs années. »  Pour le docteur, on ne peut pas parler de consommation récréative avec l’ice.

Si elle assure que la drogue en général est une bombe à retardement pour le pays, elle décerne une mention particulière à l’ice, « qui entraîne des troubles du comportement, de l’agressivité, de la paranoia et des comportements violents qui vont miner la population, et principalement les jeunes. »
 

Rédaction Web

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Nucléaire : le collectif Nuna’a a ti’a demande « une...

Le collectif Nuna’a a ti’a qui lutte contre toutes les formes d’injustices, a adressé aujourd'hui à un courrier à l'intention du président du Pays Edouard Fritch, concernant les sujets liés au nucléaire.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV