vendredi 5 mars 2021
A VOIR

|

Vidéo – Environnement : dites non aux pailles

Publié le

Publié le 02/02/2018 à 12:56 - Mise à jour le 02/02/2018 à 12:56
Lecture 2 minutes

Dans le monde, 1 milliard de pailles en plastique sont utilisées chaque jour, dont 100 millions au sein des pays de l’Union européenne. En France ce sont près de 9 millions de pailles en plastique qui sont utilisées chaque jour, et ce uniquement dans la restauration rapide. Mises bout à bout ces pailles représentent deux fois le périmètre de la France… Et à Tahiti ? « En Polynésie on ne connait pas les chiffres, c’est pour ça que pour la journée sans paille, on a décidé de fédérer quelques restaurants et de leur demander pendant une semaine de mettre les pailles usagées de côté pour avoir juste une petite idée de la consommation. On a récolté aujourd’hui environ 500 pailles pour 3 à 6 restaurants. Ce qui équivaut à 100 mètres de paille. Ce n’est pas énorme, mais on avait que 6 restaurants avec nous donc on peut imaginer ce que ça pourrait être si on multiplie ce chiffre par des centaines de restaurants ! », explique Sarah Dukan, coorganisatrice de la journée sans paille.  

Les pailles sont partout et empoisonnent les océans.Les organisateurs appellent la population a réagir et à refuser les pailles. Alternatives : boire au verre ou utiliser une paille réutilisable. « Une paille en verre, en inox ou même en plastique, mais dure et l’avoir sur soi », propose Sarah. Côté restaurateur, « c’est à lui de prendre des décisions. Soit ne plus distribuer de paille, attendre que le consommateur demande. Ou alors aller vers des solutions alternatives. Aujourd’hui sur Tahiti, il existe des pailles en amidon de maïs qui se décomposent facilement, qui se compostent. » 

Rédaction web (Interview : Thierry Teamo)

Sarah Dukan, co-organisatrice de la journée sans paille.

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu