A VOIR

|

Une résidence pour les jeunes travailleurs à Pirae

Publié le

Dans le cadre du dispositif d’aide à l’insertion via une aide au logement, 26 jeunes, âgés de 18 à 30 ans, pratiquant une activité rémunérée, bénéficient d’un logement au sein de la Résidence des jeunes travailleurs, sis à l'immeuble n° 5 de la Cité Grand, à Pirae.

Publié le 10/11/2022 à 12:09 - Mise à jour le 10/11/2022 à 12:11
Lecture 3 minutes

Dans le cadre du dispositif d’aide à l’insertion via une aide au logement, 26 jeunes, âgés de 18 à 30 ans, pratiquant une activité rémunérée, bénéficient d’un logement au sein de la Résidence des jeunes travailleurs, sis à l'immeuble n° 5 de la Cité Grand, à Pirae.

Salariés ou stagiaires dans un dispositif d’aide à l’emploi du Service de l’Emploi, ces jeunes travailleurs bénéficient d’un temps de séjour de 2 années maximum, avec des contrats de baux trimestriels renouvelables.

L’objectif de ce dispositif, dont la gestion locative a été remise au service de la Délégation pour la prévention de la délinquance de la jeunesse (DPDJ) par l’Office polynésien de l’habitat (OPH), est d’offrir un toit à des jeunes gens ayant un emploi ou une activité indemnisée, pouvant les rapprocher de leur lieu de travail.

Ainsi, ce sont avant tout les jeunes travailleurs les plus éloignés de la zone urbaine -où se situe leur lieu professionnel- qui sont privilégiés. Par conséquent, parmi les publics accueillis, on retrouve principalement des jeunes des îles et des districts de Tahiti.

Par ailleurs, la DPDJ, ayant vocation d’accompagnements socio-éducatifs en prévention de la délinquance chez les jeunes, et en promotion d’une jeunesse responsable, propose aussi des accompagnements individualisés, afin d’aider au mieux les résidents à s’insérer plus fortement et plus sereinement dans la société. Ces accompagnements traitent à la fois des aspects économiques, tels que la gestion de leur budget, mais aussi, des comportements et des attitudes dans une vie en communauté.

Situé au sein de la Cité Grand dans la commune de Pirae, la résidence a accueilli jusqu’ici une cinquantaine de jeunes, dont certains ont su s’insérer et s’intégrer dans d’autres logements. Elle propose notamment un fa’a’apu partagé, ce qui renforce les liens de solidarité et de partage entre résidents locataires. Cette perspective s’inscrit dans l’idée d’un développement social local auguré par la DPDJ.