samedi 28 mars 2020
A VOIR

|

Un ma’a Tahiti à Nuutania pour bien démarrer l’année

Publié le

Depuis plus de 35 ans à la maison d’arrêt de Nuutania, le premier jour de l’année est marqué par un repas exceptionnel : un ma'a Tahiti. La direction prend des dispositions particulières pour pouvoir offrir ce repas de fête aux détenus, quatre fois plus cher qu’un repas habituel.

Publié le 02/01/2020 à 10:23 - Mise à jour le 02/01/2020 à 17:24
Lecture 3 minutes

Depuis plus de 35 ans à la maison d’arrêt de Nuutania, le premier jour de l’année est marqué par un repas exceptionnel : un ma'a Tahiti. La direction prend des dispositions particulières pour pouvoir offrir ce repas de fête aux détenus, quatre fois plus cher qu’un repas habituel.

Mercredi, depuis quatre heures du matin, Victor Teriitahi, responsable des cuisines du centre pénitentiaire de Faa’a-Nuutania, et son équipe, s’affairent dans les cuisines de la maison d’arrêt pour préparer un ma’a Tahiti pour un peu plus de 300 détenus. « C’est beaucoup de travail. On a mis deux jours pour préparer ce ma’a. On remercie tous les travailleurs qui sont là, tous les prisonniers. Heureusement, on nous a donné l’opportunité d’un petit travail, c’est bien, plutôt que de rester dans nos cellules à rien faire. Au moins, on s’occupe la journée » confie Francis, un détenu.

La chance de Victor est que la plupart de ses commis avaient l’habitude de préparer du ma’a Tahiti en grand quantité. « J’en faisais avec mes parents tous les dimanches. D’en faire à Nuutania, ça permet d’éviter de perdre la main. (…) Je veux rendre heureux les prisonniers, et qu’ils mangent bien » nous dit Bruno, un autre détenu.

Au menu : du poisson cru, du fafaru, du pua choux, du fafa au poulet et du poe accompagné de taro, ipo et mitihue. Depuis sa mise en place il y a plus de 35 ans, le ma’a Tahiti du Nouvel An est un moment de communion pour les détenus. « Cela représente tout, le ma’a Tahiti. Il calme la conscience des gens, les reconnecte avec leur humanité… C’est un tout. On en mange pas tous les jours. Cela devient hyper cher maintenant le ma’a Tahiti. Et surtout à Nuutania, comme c’est une fois par an, il fait la joie de tout le monde » explique Victor Teriitahi.

Pour préparer ce repas, la direction doit prévoir un budget spécial car il coûte quatre fois plus cher qu’un repas habituel. Pour Evelyne Le Cloirec, la directrice adjointe de l’établissement, ce repas traditionnel participe à l’amélioration des conditions de détention : « La période des fêtes est assez sensible puisque le détenu ne peut pas partager ces moments avec sa famille, donc on essaie de faire le palliatif. Ce sont des petits gestes qui sont appréciés, tout comme les colis qu’apportent les familles, les parloirs aussi… Le ma’a Tahiti est vraiment attendu en détention ».

Exceptionnellement, dans le quartier des femmes, le ma’a Tahiti a été pris autour d’une grande table. Un repas de fête qui est avant tout un moment de partage.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Covid-19 : quelles mesures pour les établissements pénitentiaires ?

Dans le contexte de grave crise sanitaire actuelle, l’administration pénitentiaire continue de fonctionner, comme les autres services de la Justice, pour assurer la sécurité de tous les concitoyens. Des mesures de précautions ont été prises à Tatutu et Nuutania.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV