samedi 28 novembre 2020
A VOIR

|

Taravao : un atelier culinaire pour cuisiner autrement

Publié le

Depuis le mois d’août, l’association Rahu’ea propose un programme de ré-entrainement à l’effort, accompagné d’ateliers d’éducation thérapeutique sur la Presqu’île. Par petits groupes, les bénéficiaires ont participé à un atelier culinaire vendredi dernier à la maison de l’enfance de Taravao. L’objectif : apprendre à cuisiner autrement.

Publié le 29/11/2019 à 15:07 - Mise à jour le 29/11/2019 à 15:07
Lecture 2 minutes

Depuis le mois d’août, l’association Rahu’ea propose un programme de ré-entrainement à l’effort, accompagné d’ateliers d’éducation thérapeutique sur la Presqu’île. Par petits groupes, les bénéficiaires ont participé à un atelier culinaire vendredi dernier à la maison de l’enfance de Taravao. L’objectif : apprendre à cuisiner autrement.

Cuisiner des produits naturels à portée de main et auxquels on ne pense pas souvent : cet atelier permet de sortir de ses habitudes.

Vendredi dernier, il s’agissait pour les participants d’apprendre à réaliser une salade croquante avec différents légumes, mais en privilégiant « ceux qu’on peut trouver facilement dans les jardins, comme la papaye verte ou la mangue verte », explique Leslie Sablayrolles, la diététicienne qui anime l’atelier.

(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

« Pour l’apport en protéines, on va privilégier des protéines végétales, donc les pois chiches, qui vont aussi apporter de l’amidon, un équivalent de féculent, poursuit-elle. Ces pois chiches, on les a rincés, séchés et aromatisés avec des épices. Là on a utilisé du paprika et du cumin. Et on va les mettre au four pour faire du croustillant dans la salade. »

Une cuisine saine, c’est aussi moins de matières grasses. Là aussi, des ingrédients différents peuvent être utilisés pour les accompagnements.

« L’objectif de l’atelier, c’est aussi d’apprendre aux gens à cuisiner avec moins de matières grasses, explique la diététicienne. On va faire une sauce à base de tofu, qu’on va mixer avec des aromates, de la moutarde, des câpres et des épices également, comme du paprika, pour relever le tofu qui a un goût assez neutre. »

(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Parmi les participants, on retrouvait Tevaite, qui suit depuis quatre mois les différents ateliers de l’association Rahu’ea, à Taravao. Cette façon de cuisiner est une première pour elle.

« Il n’y a pas besoin de grand-chose, il n’y a pas besoin d’avoir de la viande, ni du poisson, rien qu’avec les légumes, on fait un plat complet, confie-t-elle. Je ne connaissais pas cette façon de faire, c’est la première fois, je découvre et c’est très intéressant parce qu’on nous apprend vraiment à utiliser tous les produits qu’on trouve autour de chez soi. »

En décembre, les bénéficiaires de ce programme santé participeront à un atelier potager bio.

Article précédentAnonymous
Article suivantLes fortins de Punaauia rénovés

infos coronavirus