vendredi 20 mai 2022
A VOIR

|

Taravao : un atelier culinaire pour cuisiner autrement

Publié le

Depuis le mois d’août, l’association Rahu’ea propose un programme de ré-entrainement à l’effort, accompagné d’ateliers d’éducation thérapeutique sur la Presqu’île. Par petits groupes, les bénéficiaires ont participé à un atelier culinaire vendredi dernier à la maison de l’enfance de Taravao. L’objectif : apprendre à cuisiner autrement.

Publié le 29/11/2019 à 15:07 - Mise à jour le 29/11/2019 à 15:07
Lecture 2 minutes

Depuis le mois d’août, l’association Rahu’ea propose un programme de ré-entrainement à l’effort, accompagné d’ateliers d’éducation thérapeutique sur la Presqu’île. Par petits groupes, les bénéficiaires ont participé à un atelier culinaire vendredi dernier à la maison de l’enfance de Taravao. L’objectif : apprendre à cuisiner autrement.

Cuisiner des produits naturels à portée de main et auxquels on ne pense pas souvent : cet atelier permet de sortir de ses habitudes.

Vendredi dernier, il s’agissait pour les participants d’apprendre à réaliser une salade croquante avec différents légumes, mais en privilégiant “ceux qu’on peut trouver facilement dans les jardins, comme la papaye verte ou la mangue verte”, explique Leslie Sablayrolles, la diététicienne qui anime l’atelier.

(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

“Pour l’apport en protéines, on va privilégier des protéines végétales, donc les pois chiches, qui vont aussi apporter de l’amidon, un équivalent de féculent, poursuit-elle. Ces pois chiches, on les a rincés, séchés et aromatisés avec des épices. Là on a utilisé du paprika et du cumin. Et on va les mettre au four pour faire du croustillant dans la salade.”

Une cuisine saine, c’est aussi moins de matières grasses. Là aussi, des ingrédients différents peuvent être utilisés pour les accompagnements.

“L’objectif de l’atelier, c’est aussi d’apprendre aux gens à cuisiner avec moins de matières grasses, explique la diététicienne. On va faire une sauce à base de tofu, qu’on va mixer avec des aromates, de la moutarde, des câpres et des épices également, comme du paprika, pour relever le tofu qui a un goût assez neutre.”

(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Parmi les participants, on retrouvait Tevaite, qui suit depuis quatre mois les différents ateliers de l’association Rahu’ea, à Taravao. Cette façon de cuisiner est une première pour elle.

“Il n’y a pas besoin de grand-chose, il n’y a pas besoin d’avoir de la viande, ni du poisson, rien qu’avec les légumes, on fait un plat complet, confie-t-elle. Je ne connaissais pas cette façon de faire, c’est la première fois, je découvre et c’est très intéressant parce qu’on nous apprend vraiment à utiliser tous les produits qu’on trouve autour de chez soi.”

En décembre, les bénéficiaires de ce programme santé participeront à un atelier potager bio.

Article précédentAnonymous
Article suivantLes fortins de Punaauia rénovés

infos coronavirus