vendredi 4 décembre 2020
A VOIR

|

Tahiti en tête de la production de vanille en France

Publié le

A trois jours du début du Salon de l’Agriculture à Paris, une conférence sur les Vanilles d’Outre-Mer était organisée au ministère de la rue Oudinot mercredi. Pour la première fois, les représentants du secteur de l’ensemble des territoires se sont réunis avec des acteurs institutionnels nationaux. L’occasion de faire le point sur la structuration de la filière et de s’apercevoir que Tahiti est largement en tête de production de la vanille, loin devant La Réunion. Pourtant, il reste encore à faire pour obtenir un label sécurisant la marque Vanille de Tahiti.

Publié le 20/02/2020 à 16:40 - Mise à jour le 20/02/2020 à 16:34
Lecture 2 minutes

A trois jours du début du Salon de l’Agriculture à Paris, une conférence sur les Vanilles d’Outre-Mer était organisée au ministère de la rue Oudinot mercredi. Pour la première fois, les représentants du secteur de l’ensemble des territoires se sont réunis avec des acteurs institutionnels nationaux. L’occasion de faire le point sur la structuration de la filière et de s’apercevoir que Tahiti est largement en tête de production de la vanille, loin devant La Réunion. Pourtant, il reste encore à faire pour obtenir un label sécurisant la marque Vanille de Tahiti.

Il n’y en a pas beaucoup des produits qui peuvent se targuer de plaire à 90% de la population mondiale ! Et la vanille en fait partie… Ce consensus lui offre un marché considérable. La France, avec ses territoires d’outre-mer, en produit certes, mais reste l’un des trois plus grands importateurs…

« Dans le marché mondial, on ne représente pas grand-chose. L’idée c’est de nous rencontrer, échanger entre nous sans concurrence particulière. Je ne serai pas concurrent avec la vanille de Tahiti. On n’est pas à Tahiti. Ce n’est pas du tout le même marché. L’idée c’est d’être complémentaires, échanger entre nous, pour gagner du temps en termes de prophylaxie, en termes de nouvelles variétés, de production, de modes de culture. L’idée c’est ça », explique Willy Boyer, président de la coopérative Provanille – La Réunion.

Et Tahiti est largement en tête des territoires au niveau de sa production avec ses 800 producteurs et 8 tonnes de vanille cultivées par an… En 30 ans, la filière s’est structurée considérablement : « On vient de découvrir ce matin que contrairement à nous, la filière vanille dans les autres pays d’outre-mer n’est pas réglementée comme elle l’est en Polynésie. Il faut évidemment travailler sur la production mais surtout sur la qualité. C’est notre principal objectif. C’est vraiment de garantir cette qualité exceptionnelle qu’a notre produit », souligne Laïza Vongey, directrice adjointe de l’établissement Vanille de Tahiti

Depuis 2017, le secteur au fenua tente de s’organiser pour obtenir un label très précieux, l’appellation d’origine protégée… « L’appellation d’origine c’est aussi sauver un patrimoine, sauver des savoir-faire et c’est en quelque sorte une politique à la fois favorable aux agriculteurs, favorable au territoire et puis favorable au consommateur », explique Marie Guittard, directrice de l’Institut national de l’origine et de la qualité.

C’est au gouvernement polynésien de mettre en place le cadre législatif pour l’appellation avec la définition des normes. C’est en cours. Et c’est Bruxelles qui pourra valider l’appellation d’origine protégée.       

infos coronavirus

Covid-19 : le service de réanimation du CHPF soutenu par la réserve sanitaire

Depuis le début de la crise, des réservistes sanitaires de métropole effectuent des missions pour renforcer et soulager les équipes de soignants. 12 d’entre eux, spécialisés en réanimation sont arrivés sur le territoire jeudi dernier. Ils travaillent 24 heures sur 24 heure aux côtés des équipes du CHPF. Une mission sur la base du volontariat.