dimanche 17 octobre 2021
A VOIR

|

PACES : du tutorat pour mettre toutes les chances de son côté

Publié le

Publié le 19/08/2018 à 13:12 - Mise à jour le 19/08/2018 à 13:12
Lecture 2 minutes

Le Tutorat Santé Tahiti existe depuis 3 ans. Il a été mis en place à l’initiative de professeurs de l’Université et du Tutorat Santé Bordeaux. Le but ? Soutenir les étudiants en Première année commune aux études de santé (PACES) et les aider à réussir. 

> Seulement 19 places en médecine pour les Polynésiens

En Polynésie seule l’année de PACES est proposée. À la fin de cette année, un concours d’entrée en médecine. Seules 19 places sont disponibles pour les candidats polynésiens. Cette année, ils sont 160 à tenter leur chance. Alors pour y parvenir, 60 d’entre eux ont décidé de s’inscrire au tutorat santé.

Auparavant, le tutorat qui existe depuis 1994 à Bordeaux, se faisait à distance pour les étudiants polynésiens. Depuis trois ans, ils peuvent suivre les cours sur les bancs de l’UPF. Et ce tutorat est entièrement gratuit. 

> Une prérentrée

Ce lundi matin, une prérentrée du tutorat était organisée pour permettre aux nouveaux de se familiariser avec les matières et le programme. Davy Sacault a fait deux années de PACES. Il est aujourd’hui en 3e année de médecine à Bordeaux. En ce moment en Polynésie, il est allé à la rencontre des nouveaux étudiants. “Depuis l’année dernière, ce sont les Tahitiens qui se chargent du tutorat ici. On arrive à mieux adapter le programme et les QCM. On envoie tout par internet, via une plateforme. (…) Cette année c’est la première fois qu’on fait une prérentrée. On va donner de petits cours pour qu’ils puissent aborder la rentrée plus sereinement avec des notions et tout. Après dans l’année, vu qu’on n’est pas là, on va quand même leur donner pas mal de colles en ligne. Ils peuvent aussi nous contacter par mail.”

Les cours sont hébergés par l’Université de la Polynésie française. Les inscriptions sont encore ouvertes jusqu’à la mi-septembre.  

Rédaction web (Interview : Sophie Guébel)

Rédigé par

infos coronavirus