mardi 2 juin 2020
A VOIR

|

PACES : du tutorat pour mettre toutes les chances de son côté

Publié le

Publié le 19/08/2018 à 13:12 - Mise à jour le 19/08/2018 à 13:12
Lecture 2 minutes

Le Tutorat Santé Tahiti existe depuis 3 ans. Il a été mis en place à l’initiative de professeurs de l’Université et du Tutorat Santé Bordeaux. Le but ? Soutenir les étudiants en Première année commune aux études de santé (PACES) et les aider à réussir. 

> Seulement 19 places en médecine pour les Polynésiens

En Polynésie seule l’année de PACES est proposée. À la fin de cette année, un concours d’entrée en médecine. Seules 19 places sont disponibles pour les candidats polynésiens. Cette année, ils sont 160 à tenter leur chance. Alors pour y parvenir, 60 d’entre eux ont décidé de s’inscrire au tutorat santé.

Auparavant, le tutorat qui existe depuis 1994 à Bordeaux, se faisait à distance pour les étudiants polynésiens. Depuis trois ans, ils peuvent suivre les cours sur les bancs de l’UPF. Et ce tutorat est entièrement gratuit. 

> Une prérentrée

Ce lundi matin, une prérentrée du tutorat était organisée pour permettre aux nouveaux de se familiariser avec les matières et le programme. Davy Sacault a fait deux années de PACES. Il est aujourd’hui en 3e année de médecine à Bordeaux. En ce moment en Polynésie, il est allé à la rencontre des nouveaux étudiants. « Depuis l’année dernière, ce sont les Tahitiens qui se chargent du tutorat ici. On arrive à mieux adapter le programme et les QCM. On envoie tout par internet, via une plateforme. (…) Cette année c’est la première fois qu’on fait une prérentrée. On va donner de petits cours pour qu’ils puissent aborder la rentrée plus sereinement avec des notions et tout. Après dans l’année, vu qu’on n’est pas là, on va quand même leur donner pas mal de colles en ligne. Ils peuvent aussi nous contacter par mail. »

Les cours sont hébergés par l’Université de la Polynésie française. Les inscriptions sont encore ouvertes jusqu’à la mi-septembre.  

Rédaction web (Interview : Sophie Guébel)

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Opération anti-délinquance à Papeete : ice et paka retrouvés

Entre 6 heures 45 et 11 heures 30 ce jeudi, 25 agents de la DSP ont mené une opération de contrôle anti-délinquance au cœur de Papeete, entre Vaitavatava et Vaininiore.

Femme mordue par un requin : le prestataire poursuivi pour blessures...

L'accident se serait produit le 17 mai dernier lors d’une session de shark feeding à la Vallée Blanche à Faa'a, une pratique interdite au fenua. La victime, mordue à la jambe, a porté plainte. Le prestataire a été déferré jeudi au au tribunal de Papeete. Il sera jugé le 9 juin.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV