jeudi 13 août 2020
A VOIR

|

Les descendants de soldats américains invités à se regrouper samedi

Publié le

L’association des anciens combattants franco-américains (AACFA) invite ses membres et tous les autres descendants de soldats américains à se réunir ce samedi à Moorea, à l'occasion d'une journée récréative pour se rencontrer et échanger sur les travaux de mémoire en cours.

Publié le 01/07/2020 à 15:41 - Mise à jour le 01/07/2020 à 16:27
Lecture < 1 min.

L’association des anciens combattants franco-américains (AACFA) invite ses membres et tous les autres descendants de soldats américains à se réunir ce samedi à Moorea, à l'occasion d'une journée récréative pour se rencontrer et échanger sur les travaux de mémoire en cours.

La présence américaine à Bora Bora, pendant la Seconde Guerre mondiale, a laissé derrière elle de nombreux enfants. Une partie constitue aujourd’hui l’assise de la délégation locale de l’association des anciens combattants franco-américains (AACFA), qui invite ses membres et toute personne concernée à se réunir ce samedi à Moorea, dans le cadre d’une journée récréative.

Lors de cette journée, les travaux de mémoires projetés par la délégation seront présentés, comme ceux de Jean-Christophe Shigetomi, qui travaille à la rédaction d’un ouvrage sur ce pan particulier de l’histoire des Polynésiens.

« C’est un choc pour les populations de Bora Bora de voir arriver 4 000 soldats américains, de voir arriver autant de bateaux et surtout quel choc culturel que de voir le dollar roi, que de voir des routes se faire, l’approvisionnement en eau, des tankers, l’électricité, etc., explique-t-il. C’est ça qu’il faut raconter, c’est la petite histoire replacée dans la grande histoire. Les Américains sont là, ils créent des dépôts de carburant pour approvisionner leurs bateaux qui sont sur la route entre les Etats-Unis et l’Australie. Mais toutes ces populations vont se retrouver confrontées à ces Américains et il en restera quelque chose puisque plus d’une centaine d’enfants vont naître de relations entre les femmes de l’île et ces soldats américains. Même si sur la centaine ils ne vont pas tous survivre, le plus souvent décimés par la dysenterie. Donc ce que l’on retient, c’est qu’il y a quand même une soixantaine d’enfants, de tamari’i marite, qui sont issus de ces liens. »

L’auteur présentera le fruit de ses recherches aux participants, et espère recueillir de nouveaux témoignages qui pourraient enrichir son travail de mémoire.

Les intéressés doivent confirmer leur participation auprès de Tepora Redoute, la présidente de la délégation de l’AACFA, par mail à [email protected]

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Port du masque dans les bus : les chauffeurs vont...

Alors que les cas de Covid-19 se multiplient ces derniers jours, le respect de gestes barrières est encore négligé par une partie de la population. Dans les bus ce matin, nombre de passagers ne portaient pas de masque alors qu’il a été rendu obligatoire par arrêté du gouvernement le mois dernier. Les chauffeurs ont donc à nouveau eu pour consigne d’insister auprès des usagers pour que la mesure soit respectée.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV