jeudi 3 décembre 2020
A VOIR

|

Les derniers vols internationaux sont partis de Tahiti

Publié le

Samedi soir, deux derniers avions ont quitté Tahiti avant la suspension des vols internationaux. Un peu plus de 200 passagers ont embarqué sur Latam Airlines et United Airlines avant la fermeture de l’aéroport.

Publié le 29/03/2020 à 13:32 - Mise à jour le 29/03/2020 à 13:56
Lecture 3 minutes

Samedi soir, deux derniers avions ont quitté Tahiti avant la suspension des vols internationaux. Un peu plus de 200 passagers ont embarqué sur Latam Airlines et United Airlines avant la fermeture de l’aéroport.

Olesya et Felipe sont les derniers passagers à embarquer avant la fermeture de l’aéroport international de Tahiti-Faa’a. Elle est Russe, il est Argentin. Tous deux rentrent en Argentine, ils ont passé une semaine de vacance supplémentaire au fenua, un peu stressante mais agréable. Ils s’attendent maintenant à une longue quarantaine en Argentine. « Nous sommes chanceux que notre vol n’ait pas été annulé et qu’on puisse prendre cet avion. L’Argentine a fermé ses frontières désormais. Quand on sera rentrés, on devra restés confinés chez nous et travailler de la maison. Je ne sais pas combien de temps la quarantaine va durer. Le gouvernement est très strict là-bas » nous confie Olesya.

Comme ce jeune couple, ils étaient plus de 200 passagers à embarquer sur les deux derniers vols samedi soir. « Je n’ai pas regardé les nationalités, j’ai pris tous les touristes que je pouvais prendre pour les aider à rentrer chez eux. C’était le but. Il fallait s’entraider et vraiment mettre les personnes dans l’avion, comme on sait qu’ici à Tahiti, on est un peu restreint, on arrive à peine à couvrir nos besoins médicaux pour la population… donc on ne pouvait pas se permettre d’avoir en plus des résidents étrangers » déclare Christopher Kozely, le consul des États-Unis en Polynésie. « Tous ceux qui pouvaient partir sont partis aujourd’hui. Malheureusement, il restait 25 places de no-show, c’est-à-dire que si des personnes sur liste d’attente seraient venues à l’embarquement, elles auraient pu partir. Mais les gens ne savaient pas comment faire aussi, car si on allait sur le site de United Airlines, ils ne vendaient plus de place. L’idée, c’était de prendre un billet de 25 mai, et comme cela avait été expliqué, on pouvait ensuite changer la date à n’importe quelle autre date pour faire valider ce billet sans frais » poursuit-il.

Quelques touristes, notamment des skippers américains, sont encore bloqués dans les îles. Le consul des États-Unis envisage de demander une rotation supplémentaire à United Airlines pour les aider à rentrer chez eux : « On a encore quelques touristes qui sont arrivés trop tard et qui n’ont pas encore les 14 jours de sortie Schengen, malheureusement. Ils n’ont donc pas pu partir ce soir. Il y aussi d’autres touristes de voiliers qui vont arriver sur les deux prochaines semaines, dont quelques Américains. On va voir ce qu’on va faire. Si j’ai assez de monde, je demanderais à United Airlines s’ils veulent bien encore nous envoyer un avion parce que leur critère c’est que si on a des Américains dans le monde qui ont besoin d’être rapatriés, on envoie des avions ».

Lire aussi > Covid-19 : mise en veille des activités d’ADT à partir du 30 mars

Pour la première fois, l’aéroport de Faa’a baissera ses rideaux au public dès lundi mais avec tout de même une activité minimale. « On ne baisse pas complètement le rideau, on baisse le rideau côté public, notamment pour les services au public. Malgré tout, l’aéroport est une infrastructure qui fonctionne tout le temps. L’aéroport de Tahiti est un aéroport de déroutement, en cas d’urgence d’un avion qui passe au-dessus du Pacifique et qui aurait une panne ou besoin de se poser. Nous devons également assurer les évacuations sanitaires, les vols de l’armée etc. On a une équipe sur piste qui continue de travailler, les pompiers évidemment, la sécurité et la sûreté. Donc on n’est jamais complètement fermé. Et nous allons profiter de la période d’accalmie des vols commerciaux pour faire un certain nombre de travaux de maintenance des infrastructures, qui sont beaucoup plus faciles à faire hors exploitation que pendant » explique Jean-Michel Ratron, directeur ADT.

La réouverture de l’aéroport est prévue dans un mois, sauf si de nouvelles mesures sont appliquées. En cette période difficile, il reste difficile d’avoir de la visibilité. 

infos coronavirus