jeudi 25 février 2021
A VOIR

|

Les ailes de la passion

Publié le

Publié le 03/09/2016 à 10:50 - Mise à jour le 03/09/2016 à 10:50
Lecture 2 minutes

Oscar Tereopa, président de l’association explique, « Te Ra’i Maohi, rassemble des passionnés de l’aviation. Le but est de montrer aux personnes qui n’ont pas forcément les moyens de se payer des cours de pilotage que le simulateur de vol est un bon moyen de s’initier à l’aéronautique ». Cette journée est aussi l’occasion pour les membres de l’association de se rencontrer puisque d’habitude, c’est virtuellement par l’intermédiaire des LAN, (Local Area Network, réseau local) qu’ils font connaissance.

Pour Oscar, quelqu’un qui veut devenir pilote d’avion peut commencer par apprendre sur un simulateur de vol avant de s’inscrire à un aéroclub, car « on n’est pas là pour remplacer les aéroclubs« , et pourquoi pas poursuivre ses études en France.

Te Ra’i Maohi ne rassemble pas uniquement des Saint Exupéry en devenir. Parmi  ses membres, si  il y a certes des élèves pilotes, il y a aussi des pilotes confirmés dont certains travaillent pour les compagnies aériennes locales.

Parmi les aspirants pilotes, Ariitea souhaite en faire son métier. Par manque de finances, il commence par le simulateur, mais compte travailler pour pouvoir se payer des cours et passer le brevet et pourquoi pas « travailler dans une petite compagnie aérienne comme Air Archipels et par la suite intégrer Air Tahiti ou Air Tahiti Nui ». De son côté, Shennon, veut devenir commandant de bord. Pour cela, elle envisage d’entrer dans l’armée de l’air, ce qui pourrait lui ouvrir les portes vers le métier auquel elle aspire.

 

Rédaction Web avec Thierry Teamo et Laure Philiber

infos coronavirus