lundi 29 novembre 2021
A VOIR

|

Le projet de loi sur l’IVG voté à l’unanimité à l’assemblée

Publié le

La loi permettant le toilettage du droit à l’IVG a été votée à l’unanimité par les représentants de l’assemblée de Polynésie. Ce vote permet d’adapter localement ce texte de loi inspiré de celui modifié en métropole en 2014.

Publié le 25/06/2021 à 16:19 - Mise à jour le 25/06/2021 à 16:23
Lecture 2 minutes

La loi permettant le toilettage du droit à l’IVG a été votée à l’unanimité par les représentants de l’assemblée de Polynésie. Ce vote permet d’adapter localement ce texte de loi inspiré de celui modifié en métropole en 2014.

Avec environ 1 000 interruptions volontaires de grossesses (IVG) en Polynésie par an dont 60% sont réalisées par voie médicamenteuse, les représentants de l’assemblée ont voté d’une seule et même voix le re-toilettage du projet de loi sur l’IVG. Parmi les nouveautés dans ce texte, le renforcement de l’accompagnement des femmes et étendre aux sages-femmes la possibilité de pratiquer cet acte médical. “L’IVG aujourd’hui en Polynésie, une des applications majeures, c’est la possibilité qui va être donnée aux sages-femmes de pratiquer l’IVG médicamenteuse auprès de mineures ou de femmes majeures. C’est une grande avancée. La deuxième grande avancée, sans rentrer dans les détails techniques du texte, il y a deux consultations obligatoires. Avant il y avait un délai. Ce délai a été supprimé“, explique Virginie Bruant, représentante du groupe Tapura Huiraatira à l’assemblée.

Une fois n’est pas coutume à l’assemblée, cette loi de Pays qui touche l’ensemble de la société, a été votée à l’unanimité par l’ensemble des représentants : “Une interruption volontaire de grossesse ce n’est pas rien, déclare Chantal Galenon, représentante du groupe Tavini Huiraatira à l’assemblée. C’est de la douleur, c’est de la souffrance qui dure très longtemps chez une fille, chez une femme et j’estime que nous méritons d’être respectées”

Du côté du Tahoaraa Huiratiraa, la représentante Teura Iriti estime que “c’est un sujet qui concerne tout le monde et notamment dans le contexte de plus en plus dur aujourd’hui avec toutes les difficultés que rencontrent les familles puisque les violences intra-familiales continuent à augmenter, donc il est plus que naturel que nous soyons unis sur ce sujet”

Outre cette avancée au bénéfice des polynésiennes, le gouvernement souhaite également apporter plus d’informations auprès des plus jeunes pour inviter aussi la gente masculine à s’impliquer dans cet acte médical loin d’être anodin.

infos coronavirus