Le projet de campus à Opunohu toujours en stand-by

Publié le

L’année dernière, la construction du tout premier lycée général de Moorea a été annoncée. Depuis, les travaux de ce vaste campus n’ont toujours pas débuté. Alors va-t-il réellement être construit un jour ? C’est la question que se posent les habitants de l’île, la commune et les architectes du projet.

Publié le 10/04/2024 à 11:27 - Mise à jour le 10/04/2024 à 11:30

L’année dernière, la construction du tout premier lycée général de Moorea a été annoncée. Depuis, les travaux de ce vaste campus n’ont toujours pas débuté. Alors va-t-il réellement être construit un jour ? C’est la question que se posent les habitants de l’île, la commune et les architectes du projet.


La pose de la première pierre du lycée de Opunohu a eu lieu le 3 mars 2023 sous l’ancienne mandature. Quelques mois plus tard, le gouvernement Brotherson a pris les rênes du Pays, laissant la population, la commune et les architectes du projet dans un flou complet : « Effectivement, en 2021, on a remporté le concours de maitrise d’œuvre du lycée de Moorea qui regroupe plusieurs pools. Aujourd’hui, le projet est en stand-by. On a présenté le dossier d’avant-projet au gouvernement en mai 2023. Et à ce jour, nous sommes sans nouvelles. (…) Depuis le concours, jusqu’à l’avant-projet, ce sont des coûts importants, en amont et en études qui, aujourd’hui, si le projet était arrêté, effectivement, ce serait des coûts perdus à 100% sur les fonds publics investis » explique Charles Lacombe, architecte au sein de Tropical Architecture.

Seule explication du côté du gouvernement : le coût trop élevé de ce chantier. Et dans une logique de restriction budgétaire, de nombreux grands projets comme celui de Opunohu ont été mis en veille. Le cabinet d’architecte a donc proposé de s’adapter et d’échelonner les travaux sur un temps plus long : « Il y a plus de 7 pôles au sein du lycée de Moorea, chaque pôle peut être réalisé indépendamment, étape par étape. Et on a justement proposé au gouvernement ce phasage possible avec le budget par pôle qui serait alloué. On l’a transmis, et à ce jour, on n’a aucun retour ».

De son côté, Taivini Teai, ministre de l’Agriculture, indique : « Pour l’instant, personnellement, je n’ai pas eu cette information. Au niveau du ministère directement, je n’ai pas eu ce phasage de la réalisation de ces travaux. Le chantier n’a pas été suspendu, il y a toujours un budget qui est inscrit, mais nous allons redéfinir ce qui a été initialement proposé. L’enveloppe était quand même une enveloppe de 8 milliards de Fcfp ». Un chiffre que ne coïncide pas avec celui des architectes, qui évoquent 5,9 milliards de Fcfp.

Au-delà des écarts de chiffres, l’attente se fait ressentir au niveau de la population, pénalisée par la distance entre l’île sœur et la capitale : « C’est fatiguant aussi pour les parents, pour amener au ferry le matin de bonne heure et le soir, venir récupérer. C’est fatiguant aussi pour les enfants ». « On a beaucoup d’enfants qui descendent sur la ville, ça fait des années que je fais la navette. Pour nos enfants, on a toujours demandé d’avoir un lycée. Et aujourd’hui, il y a encore plus d’enfants qui descendent sur la ville et ce serait bien d’avoir notre propre lycée » admet un autre habitant de Moorea.

En plus d’améliorer le quotidien des habitants de Moorea, les différents chantiers de ce vaste campus de 32 000 mètres carrés devaient aussi faire travailler près de 300 personnes.

Dernières news