jeudi 13 août 2020
A VOIR

|

Le gouvernement à la rencontre des sinistrés de la côte Est

Publié le

Publié le 13/03/2017 à 15:11 - Mise à jour le 13/03/2017 à 15:11
Lecture 2 minutes

La tournée gouvernementale a commencé par la vallée de Faaripo, où la rivière lors des intempéries de 2015 a endommagé des ponts, voire emporter. Pour l’heure, des enfants et des adultes sont obligés de traverser les cours d’eau à gué, puisque les ponts n’existent plus.

Henry Flohr fait le point de la situation. « Nous avons demandé au gouvernement de venir à Faaripo afin qu’ils rencontrent des sinistrés. Ceux-ci réclament la construction de passerelles ou de passage, disparus lors des intempéries de 2015 ».

Pour Henri Flohr, il sera très difficile pour le pays de construire des ponts et même des protections de berges sur des terrains privés. « Il y a des textes, et on se doit de respecter les textes. On est coincé. » regrette le conseiller municipal d’Hitiaa O Tera.

Dans la vallée de la Papenoo, qui a payé sa part aux intempéries de 2015, la population demande à ce que les habitations soient sécurisées.

Une riveraine nous explique le problème. « Les évacuations d’eau  d’eau sont trop petites et lors de fortes pluies, celles-ci débordent et l’eau monte d’environ 1.50m, et les habitations qui se situent sur des terrains en contrebas sont inondées ».

Cette habitante, elle, a perdu sa maison lors des inondations de 2015. vivant près d’un cours d’eau, elle a vu l’équipement en consolider les berges. Désormais, grâce à ces travaux de renforcement des berges, elle pourra construire son fare OPH.

A Tiarei, dans le quartier Teonoha, il reste, selon Jean-Christophe Bouissou environ une quinzaine de fare à construire, ainsi qu’un petit lotissement de huit fare OPH à construire. « On essaie de faire avancer les travaux le plus rapidement possible. Mais souvent, il subsiste des problèmes liés au permis de construire. De plus certaines maisons sont trop proches des rivières et il faut donc, concernant les nouvelles constructions, les éloigner des zones à risques ».

Sur 2015, plus de 300 bons en matériaux ont été distribués et plusieurs dizaines de fare MTR à construire. La grande difficulté pour le ministre du Logement, est que « pour les maisons détruites situées au bord des rivières, on ne fait pas de nouvelles constructions. Le souci est que les habitants ne veulent pas quitter leur terrain ». 

L’idéal pour Jean-Christophe Bouissou  serait que des domaines soient dégagés afin d’y « construire des lots de 400 à 500 m2 et inviter les gens à quitter les zones dangereuses pour venir s’y installer. »
 

 
Rédaction web avec Esther Parau-Cordette

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV