dimanche 24 mai 2020
A VOIR

|

Le Cesec rend son avis concernant l’importation de médicaments vétérinaires

Publié le

Le Cesec a examiné un projet d’avis sur le projet de loi du pays relatif à l’importation des médicaments, au médicament vétérinaire et à ses résidus dans les denrées d’origine animale.

Publié le 03/03/2020 à 11:15 - Mise à jour le 03/03/2020 à 11:59
Lecture 2 minutes

Le Cesec a examiné un projet d’avis sur le projet de loi du pays relatif à l’importation des médicaments, au médicament vétérinaire et à ses résidus dans les denrées d’origine animale.

« La sécurité sanitaire des aliments impose des règles strictes tant au niveau de l’élevage que de l’abattage, la transformation et la distribution.

Le recours à des médicaments pour le traitement des animaux destinés à la consommation humaine doit faire l’objet d’une surveillance efficace à toutes les étapes de leur utilisation.

De même, l’ensemble des conditions d’accès, de préparation, de délivrance des médicaments au bénéfice de l’humain impose une réglementation précise, claire, compréhensible à destination de tous les professionnels du secteur.

Les modifications proposées par le projet de loi du pays soumis à l’avis du Cesec vont dans le sens de la clarification des dispositions de plusieurs réglementations.

Afin d’assurer l’effectivité de toutes ces mesures, et dans un objectif de protection sanitaire des animaux et des humains, elles doivent pouvoir être rapidement mises en œuvre, notamment par l’adoption des arrêtés d’applications idoines et par la mise à disposition des moyens humains et matériels suffisants à l’ensemble des services techniques ayant à intervenir dans ces procédures.

Le Cesec invite particulièrement le gouvernement à s’assurer que les grands évènements internationaux se déroulant en Polynésie française comme les grands projets économiques portant sur le vivant respectent ces réglementations complexes mais indispensables.

À ce titre, le Cesec recommande qu’une vigilance particulière soit assurée dans le cadre du projet de la ferme aquacole de Hao. Bien que les données réelles sur le recours à des traitements médicaux ne soient pas encore avérées, le principe de précaution impose que soient strictement encadrées les pratiques vétérinaires qui pourraient être mises en œuvre afin de limiter la pollution du lagon et la contamination d’autres espèces.

Bien que le projet de loi du pays n’évoque pas le coût du médicament à usage humain et animal de rente consommé par la population, la société civile se doit de rappeler au gouvernement l’urgence de légiférer sur le prix du médicament. Cette cherté n’est plus acceptable et mérite que l’on s’y attéle dans les meilleurs délais.

Tel est l’avis du Cesec sur le projet de loi du pays relatif à l’importation des médicaments, au médicament vétérinaire et à ses résidus dans les denrées d’origine animale.

L’avis du Cesec a été voté à 40 voix POUR, 7 abstentions, 0 contre. »

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV