mardi 14 juillet 2020
A VOIR

|

La CCISM veut gérer l’aéroport de Tahiti-Faa’a

Publié le

Publié le 14/02/2019 à 14:43 - Mise à jour le 14/02/2019 à 14:43
Lecture < 1 min.

Au tribunal administratif ce vendredi matin, la CCISM demandait au juge des référés l’annulation de la procédure de mise en concurrence de la convention de concession de l’aéroport de Tahiti-Faa’a et de ceux de Raiatea, Bora Bora et Rangiroa. 

La CCISM, qui dit ne pas avoir été en mesure de candidater dans les temps, souhaite obtenir la gestion du seul aéroport international, comme c’est le cas en métropole pour de nombreuses chambres de commerce.
 
Son avocat a notamment soulevé le fait que sur la procédure de mise en concurrence est mentionné l’aéroport de Tahiti-Faa’a, mais aussi ceux de Rangiroa, Raiatea et Bora Bora.
 
Or, les trois derniers pourraient, avec le prochain toilettage du statut, être cédés au Pays, ce qui selon lui change la donne.  
 
« La ministre de l’Outre-mer a annoncé que la gestion des trois aéroports régionaux allait être transférée à la Polynésie, ce qui change effectivement les règles du jeu. Ça ne correspond pas à la réalité de l’appel d’offre et la CCISM voudrait se positionner juste sur l’aéroport de Faa’a », a indiqué à l’issue de l’audience Me Mickael Fidèle.
 
Les représentants de l’État ont pour leur part assuré que la procédure de mise en concurrence ne souffrait d’aucune irrégularité et que la CCISM disposait de toutes les informations pour candidater.
 
Le juge des référés rendra sa décision ce vendredi ou, au plus tard, lundi.
 

Rédaction web avec JB. C.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Ice : des groupes de parole pour aider les...

L'association Luttons contre l'ice souhaite mettre en place des groupes de parole pour aider les familles à s'en sortir. Hiti Mennesson, le président de l'association, et Tautiti Babault, médiatrice familiale, étaient nos invités en plateau vendredi soir pour en parler.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV