A VOIR

|

Hypothyroïdie : des alternatives au Levothyrox existent en Polynésie, le docteur Boissin rassure

Publié le

Le changement de formule du médicament Lévothyrox, très utilisé en Polynésie, avait fait polémique. Si l'ancienne formule est encore disponible au fenua, les stocks s'épuisent. Mais l'endocrinologue Jean-Louis Boissin se veut rassurant.

Publié le 21/10/2022 à 14:31 - Mise à jour le 21/10/2022 à 15:09
Lecture < 1 min.

Le changement de formule du médicament Lévothyrox, très utilisé en Polynésie, avait fait polémique. Si l'ancienne formule est encore disponible au fenua, les stocks s'épuisent. Mais l'endocrinologue Jean-Louis Boissin se veut rassurant.

En Polynésie, entre 6 000 et 7 000 Polynésiens sont sous Lévothyrox, médicament utilisé en traitement de l’hypothyroïdie. Suite au changement de formule du médicament, de nombreux patients se sont plaints. La nouvelle formule modifiant certains de ses excipients afin d’apporter davantage de stabilité au produit, provoquerait des maux de tête, insomnies, vertiges… “Il y a des études à Toulouse en particulier, qui ont montré que des personnes présentaient des symptômes imputables au changement de molécule, mais pas forcément la molécule elle-même mais des excipients qui étaient dedans. Et surtout, ce qui a été constaté, c’est qu’on passait du côté de l’hypothyroïdie (…) Le médicament n’était pas efficace”, explique le docteur Boissin, endocrinologue.

En métropole comme au fenua, “des mesures ont été prises, rappelle le médecin. L’ancienne formule était encore fabriquée en Allemagne sous le nom de Euthyrox et donc ici en Polynésie (…) Euthyrox était disponible à la pharmacie centrale de l’hôpital de Taaone et jusqu’à la fin de l’année. (…). Donc 90% des personnes qui prennent le Levothyrox actuellement ne présentent aucun signe clinique désagréable concernant leur santé”.

Mais certains patients sont toujours inquiets. L’endocrinologue se veut rassurant et explique que “deux nouvelles molécules qui n’ont pas les mêmes inconvénients concernant l’excipient” sont également disponibles. Et “en cas de suspicion d’intolérance aux excipients, on a une formule en gélatine (…). On a une panoplie de médicaments qui permet de rassurer nos clients et on adapte à la carte le traitement de l’hypothyroïdie.”